Iraq : retour des enfants à l'école dans l'Est de Mossoul alors que dans l'Ouest, des civils confrontés à un « un risque extrême »

Écouter /

Des enfants de retour en classe dans une école récemment ré-ouverte dans l’est de Mossoul. © UNICEF Iraq/2017/Anmar

L'UNICEF s'est réjoui que des milliers d'enfants aient pu retrouver cette semaine le chemin de l'école dans l'est de la ville de Mossoul après des semaines de combats des forces iraquiennes face au groupe Etat islamique (EI). Toutefois dans l'Ouest de la ville, des milliers de civils sont toujours confrontés à un risque extrême. Depuis le lancement de l'offensive pour reprendre cette province iraquienne, quelque 180.000 personnes ont été déplacées tandis que 550.000 autres habitants sont restés dans la partie est.

Plus de cent jours après le début de l'offensive des forces iraquiennes pour reprendre Mossoul au groupe Etat islamique (EI), l'ONU est préoccupée par le sort de 750.000 civils de l'ouest de la ville confrontés à « un risque extrême ». Les Nations Unies espèrent que « tout sera fait pour protéger les centaines de milliers de personnes de la rive ouest du Tigre ». « Nous savons qu'elles font face à un risque extrême et nous craignons pour leur vie », a déclaré Lise Grande, la coordinatrice humanitaire de l'ONU pour l'Iraq, dans un communiqué. Le groupe djihadiste contrôle toujours l'ouest de la métropole du nord, qui était habitée par environ deux millions de personnes avant l'arrivée de l'EI en 2014. Si l'inquiétude est perceptible dans la partie occidentale de la deuxième ville iraquienne, Lise Grande se dit pourtant « soulagée » que de nombreux habitants de l'est de Mossoul, quasiment totalement repris par les forces Iraquiennes, « aient pu rester chez eux ».

Des développements positifs qui ont permis à des milliers d'enfants de retourner à l'école dans l'est de Mossoul. Avec la baisse notée dans l'intensité des combats, 30 écoles ont rouvert dimanche avec l'aide de l'Unicef. Ce qui a permis à plus de 16.000 enfants de reprendre les cours. Le Fonds de l'ONU pour l'enfance note que « certaines écoles de cette zone étaient fermées depuis parfois deux ans » à la suite de la prise de la deuxième ville d'Iraq par les djihadistes en 2014. Durant ce « cauchemar des deux dernières années », les « filles étaient privées d'éducation ».

Dans ces conditions, le Représentant de l'Unicef en Iraq, Peter Hawkins, s'est félicité de cette « date importante pour les enfants de Mossoul qui peuvent reprendre leur éducation et retrouver l'espoir d'un avenir meilleur ».

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...