Colombie : le soutien de la communauté internationale reste crucial pour la réussite du processus de paix, selon l'ONU

Écouter /

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Colombie, Jean Arnault, lors d'une rencontre avec la presse colombienne. Photo: Mission de l'ONU en Colombie

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Colombie, Jean Arnault, a souligné mercredi que le soutien de la communauté internationale restait crucial pour la mise en œuvre réussie de l’accord de paix conclu il y a quelques mois entre le gouvernement colombien et les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Cet accord de paix a été ratifié début décembre par le Parlement colombien. Il s’agit d’une version modifiée de l’accord auquel étaient parvenus fin août 2016 le gouvernement et les FARC et qui avait été rejeté par les Colombiens lors d’un référendum organisé le 2 octobre 2016.

« Le processus de paix colombien a été confronté et est toujours confronté à une série de défis… Il a aussi de solides atouts », a dit M. Arnault, qui est également chef de la Mission des Nations Unies en Colombie, devant les membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Il a cité notamment « la détermination du gouvernement colombien et des dirigeants des FARC à persévérer malgré les difficultés » et « la large aspiration populaire à mettre fin à l’un des conflits armés les plus vieux au monde ».

Il a noté que le Parlement colombien avait adopté le 28 décembre une loi d’amnistie, excluant les crimes graves. Elle a été ratifiée deux jours plus tard par le Président Santos.

M. Arnault a rappelé que l’adoption de cette loi était une demande importante de la guérilla. Elle ouvre la voie à la libération ou à la libération conditionnelle d’environ 4.000 prisonniers et devrait faciliter la première étape vers le dépôt des armes par les membres des FARC dans les 26 zones désignées à cet effet.

Dans ce contexte, Jean Arnault a estimé que « le soutien de la région et de la communauté internationale au sens large continuera aussi à être un facteur de succès très significatif » pour la mise en œuvre de l’accord de paix.

Il a remercié une nouvelle fois les pays qui ont fourni des observateurs à la mission onusienne et les organisations qui ont répondu à la demande d’assistance des parties pour la mise en œuvre des dispositions de l’accord de paix.

(Audio : Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...