UNICEF : malgré les progrès, environ 1 enfant sur 4 vit dans un pays touché par un conflit ou une catastrophe

Écouter /

Le 9 novembre 2016, des enfants et des adultes déplacés ont fui les zones contrôlées par l’EIIL dans la région rurale de Raqqa, jusqu’à Ain Issa, principal lieu de rassemblement des familles déplacées, à environ 50 km au nord de la ville de Raqqa.(© UNICEF/UN039551/Soulaiman)

Environ 535 millions d'enfants, soit près d'un sur quatre, vivent dans des pays touchés par des conflits ou des catastrophes et ils sont souvent privés de soins médicaux, d'une éducation de qualité et d'une nutrition et d'une protection adéquates, a affirmé vendredi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), alors que l’Organsation s’apprête à marquer ses 70 ans.

Selon l’UNICEF, l'Afrique subsaharienne regroupe presque les trois quarts – 393 millions – des enfants dans le monde vivant dans un pays en situation d'urgence. Elle est suivie par le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, où résident 12 % de ces enfants.

Ces nouveaux chiffres sont publiés tandis que le dimanche 11 décembre 2016 marquera le 70ème anniversaire de l'organisation, qui travaille sans relâche dans les endroits les plus difficiles du monde pour apporter une aide vitale, un appui à long terme et de l'espoir aux enfants dont la vie et l'avenir sont menacés par des conflits, des crises, la pauvreté, les inégalités et les discriminations.

« L'UNICEF a été créé pour apporter de l'aide et de l'espoir aux enfants dont la vie et l'avenir sont menacés par les conflits et les privations, et ce chiffre colossal – qui correspond à un demi-milliard d'enfants – est un rappel clair que notre mission se fait de plus en plus urgente chaque jour », a affirmé Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF.

À cause des conflits, des catastrophes naturelles et des changements climatiques, les enfants sont contraints de fuir de chez eux, se retrouvent bloqués derrière les lignes de conflit et sont exposés aux risques de maladie, de violence et d'exploitation.

Près de 50 millions d'enfants ont été déracinés. Plus de la moitié d'entre eux ont été éloignés de leur foyer par les conflits.

Alors que les violences continuent de s'intensifier en Syrie, le nombre d'enfants vivant dans une zone assiégée a doublé en moins d'un an. Près de 500 000 enfants vivent aujourd'hui dans 16 zones assiégées dans le pays, presque complètement coupés d'une aide humanitaire et de services essentiels ininterrompus.

Dans le nord-est du Nigéria, près de 1,8 million de personnes sont déplacées. Presque un million d'entre elles sont des enfants.

En Afghanistan, près de la moitié des enfants en âge d'aller à l'école primaire ne sont pas scolarisés.

Au Yémen, près de 10 millions d'enfants sont touchés par les conflits.

Au Soudan du Sud, 59 % des enfants en âge d'aller à l'école primaire ne sont pas scolarisés et 1 école sur 3 est fermée dans les régions touchées par les conflits.

Plus de deux mois après le passage de l'ouragan Matthew en Haïti, plus de 90 000 enfants de moins de cinq ans ont toujours besoin d'aide.

Les situations d'urgence auxquelles sont confrontés aujourd'hui les enfants les plus vulnérables menacent de compromettre les progrès considérables réalisés au cours des dernières décennies : depuis 1990, le nombre de décès d'enfants avant l'âge de cinq ans a été divisé par deux et des centaines de millions d'enfants sont sortis de la pauvreté. Le taux de non-scolarisation des enfants en âge d'aller à l'école primaire a baissé de plus de 40 % entre 1990 et 2014.

Malgré des progrès importants, trop d'enfants sont laissés pour compte à cause de leur sexe, race, religion, groupe ethnique ou handicap ; parce qu'ils vivent dans la pauvreté ou dans des communautés difficiles d'accès ; ou simplement parce que ce sont des enfants.

« Que les enfants vivent dans un pays en conflit ou dans un pays en paix, leur développement est crucial, non seulement pour leur avenir en tant qu'individu, mais aussi pour l'avenir de leur société », a affirmé Anthony Lake.

 

(Extrait sonore: Christophe Boulierac, porte-parole de l’UNICEF à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...