Syrie : Staffan de Mistura plaide pour une trêve pour éviter qu'Idlib devienne le prochain Alep

Écouter /

Staffan de Mistura, Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie (photo: ONU).

La cessation des hostilités dans toute la Syrie est vitale pour éviter une autre bataille mortelle comme celle qu'a connue Alep et surtout pour remettre le processus de paix sur les rails. Lors d'un point de presse ce jeudi à Genève, l'Envoyé spécial des Nations Unies a justifié le choix du 8 février prochain comme date de la reprise des négociations sur la Syrie à Genève par le fait que cela coïnciderait après l'entrée en fonction du nouveau Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Ça serait aussi une occasion pour Staffan de Mistura et son équipe de faire d'ici là le point par rapport à certaines initiatives comme ces pourparlers prévus à Astana, la capitale du Kazakhstan.

 

Staffan de Mistura a présenté la journée de jeudi comme un « jour crucial » pour les opérations d'évacuation d'Alep qui sont désormais supervisées par les Nations unies. L'ONU estime que près de 35.000 personnes ont été évacuées de la grande ville septentrionale syrienne depuis une semaine, à bord de centaines de rotations de bus, d'autocars ainsi que d'ambulances pour les malades et les blessés. Par ailleurs, trente-et-un observateurs internationaux et nationaux ont été déployés à la porte de Ramoussa pour superviser la phase finale des opérations d'évacuation des rebelles et des civils à Alep-Est.

« La prochaine étape consiste à avoir une idée sur le sort de ces personnes évacuées, notamment comment vont-elles affronter l'hiver et où sont-elles », a souligné l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie. Le diplomate italo-suédois a rappelé que certaines personnes ont choisi à Alep ouest, mais beaucoup sont dans  la partie rurale d'Alep actuellement contrôlée par les groupes d'opposition et la majorité de personnes évacuées sont à Idlib.

A cet égard, le médiateur onusien a d'ailleurs insisté sur la nécessité d'un cessez-le-feu élargi et d'une relance du processus politique pour éviter que la ville rebelle d'Idlib, où se rendent la plupart des combattants et civils évacués, ne devienne « la prochaine Alep ». La situation à Alep doit être aussi l'occasion pour éviter sérieusement qu'il y ait d'autres Alep », fait-il remarquer.

Concernant la cessation des hostilités, il a indiqué que « c'est prématuré de dire c'est quand et où » non sans rappeler les initiatives diplomatiques prises ces derniers jours. « Il y a eu même un engagement du côté de l'Iran, de la Russie et de la Turquie de vouloir discuter sérieusement pour qu'on puisse faciliter une cessation des hostilités ».

Outre cet appel pour une cessation des hostilités, Staffan de Mistura a plaidé une nouvelle fois pour un « accès humanitaire pas seulement à Alep mais dans l'ensemble de la Syrie », mais aussi pour donner un élan au processus politique. « Maintenant, c'est le moment de relancer les négociations », a souligné le Médiateur de l'ONU.  « C'est que je sais, nous sommes déterminés à faire cette réunion au début du mois de février. Je pense que durant cette période, il y aura beaucoup plus de clarté sur les chances de tout le monde de pouvoir y contribuer efficacement et y être ».

En attendant, il a salué l'ouverture de discussions entre Moscou, Téhéran et Ankara, qui sont parmi les pays les plus influents en Syrie, et estimé que les pourparlers intersyriens que ces trois pays souhaitent organiser au Kazakhstan constitueraient « une étape et une contribution » en vue des négociations de paix que l'Onu entend relancer le 8 février à Genève. « Je considère Astana comme une étape et une contribution. Même le Président Poutine a dit de ne pas considérer Astana comme une compétition, mais plutôt de la complémentarité et c'est en soutien à la préparation du rôle de l'ONU, justement le rôle de l'ONU qui va être démontré encore une fois le 8 février », conclut Staffan de Mistura.

(Extrait sonore : Staffan de Mistura, Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...