Syrie: plus de 37.000 civils ont fui Alep-Est, selon OCHA

Écouter /

Des civils à Alep: selon l’ONU, plus de 37.000 syriens ont déjà fui les zones rebelles. Photo: UNICEF/Rami Zayat

Alors que des informations des médias indiquent qu'Alep est sur le point de tomber aux mains des forces gouvernementales, les mouvements de population se poursuivent sur le terrain. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) parle d'une situation « catastrophique » qui s'apparente à « un effondrement total de l'humanité à Alep ». Et ce sont plus de 37.000 déplacés qui ont répertoriés en raison des combats dans cette deuxième province syrienne et qui était jadis la capitale économique de la Syrie.

 

L'exode des habitants de la zone rebelle d'Alep (nord) s'est poursuivi aujourd'hui avec la fuite de milliers de civils ces dernières heures, en raison des combats et des bombardements. Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), plus de 37.000 déplacés ont été enregistrés en raison des combats.

Parmi ces déplacés de ces derniers jours, plus de 15.000 se trouvent dans des abris collectifs et environ 19.000 dans des maisons de la région, notamment à l'Ouest d'Alep et Hanano. Mais des dizaines de milliers d'autres ont probablement fui sans passer par des sites d'aide.

Mais ces chiffres de 37.000 déplacés pourraient être beaucoup plus important. L'ONU estime qu'il est « probable que des milliers d'autres personnes soient déplacées mais sans être enregistrées ». Les Nations Unies ne disposent pas de données sur le nombre de personnes encore sur place à Alep-Est ou ont été déplacées dans des zones qui ont récemment été placées sous le contrôle du Gouvernement syrien. En outre, « ce chiffre de 37.000 résulte du nombre de Syriens ayant reçu des coupons alimentaires parmi ces déplacés », précise Jens Laerke, porte-parole d'OCHA à Genève.

« Dans les quartiers encore touchés par les combats à l'est d'Alep, nous estimons que des milliers de civils restent assiégés », fait remarquer le Bureau de coordinations des affaires humanitaires qui indique avoir des informations « que beaucoup de civils n'ont pas pu fuir et se cachent où ils peuvent ». Dans ces conditions, la protection de ces civils assiégés d'Alep demeure, à ces heures, une « source de préoccupation humanitaire aiguë ».

Par ailleurs, les organismes humanitaires de l'ONU se disent disposés à porter assistance aux civils à Alep-Est où la situation humanitaire est considérée comme catastrophique. A cet égard, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU appelle toutes les parties à prendre les mesures nécessaires pour épargner les civils, permettre une aide vitale et une évacuation sûre et volontaire des blessés et des personnes vulnérables.

(Extrait sonore : Jens Laerke, porte-parole d'OCHA à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...