Syrie : plus de 26.000 civils ont fui Alep-Est où la Russie propose 4 couloirs humanitaires

Écouter /

Un enfant de 9 ans avec un bidon à la recherche d'eau dans un quartier de la vieille ville d'Alep, en Syrie. Photo UNICEF/Zayat

Le nombre de déplacés à Alep atteint 400.000 personnes. Et ces derniers jours, plus de 26.000 personnes ont quitté les quartiers rebelles pour rejoindre la partie ouest de la ville syrienne ou l'enclave contrôlée par les Kurdes. Face à la détérioration de la situation à Alep-Est, l'ONU demande toujours une pause humanitaire et réitère son appel au Front al-Nosra de quitter cette partie de la ville. En attendant les services de Staffan de Mistura doivent examiner l'offre russe pour l'instauration de couloirs humanitaires à Alep.

 

A ce stade, les Nations Unies entendent en savoir plus sur les modalités de fonctionnement des quatre couloirs humanitaires proposés par Moscou, lors d'une réunion du groupe de travail sur l'aide humanitaire en Syrie ce jeudi à Genève. Des passages qui permettront d'évacuer au moins 400 blessés et d'acheminer de l'aide dans la partie orientale d'Alep-Est. Mais pour l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, ce dispositif ne fonctionnera que si tous les belligérants acceptent de sécuriser ces corridors. D'où ce nouvel appel de Staffan de Mistura aux combattants du Front Al Nosra pour qu'ils quittent Alep-Est.

« Aujourd'hui, c'est encore plus urgent de rappeler à Al-Nosra que leur évacuation volontaire ailleurs pourrait énormément aider à la réduction de la violence qui peut encore advenir dans le reste de la ville d'Alep. Et ils le savent et il faut leur rappeler ça ».

Dans tous les cas, l'ONU plaide toujours pour l'instauration d'une « pause » humanitaire d'autant plus que le flux des déplacés ne faiblit pas.  Plus de 26.000 personnes ont fui depuis samedi vers les zones contrôlées par les forces gouvernementales à Alep-Ouest et vers l'enclave kurde de Cheikh Maqsoud. Et pour tous ces déplacés, le besoin le plus urgent reste des abris en raison du froid en Syrie.

Toujours sur le plan humanitaire, les Nations Unies ont rappelé que pour ce mois de décembre, les autorités de Damas n'ont autorisé pour l'instant aucune livraison d'aide vers les localités assiégées ou difficiles d'accès en Syrie.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève ; avec un extrait sonore de Staffan de Mistura, Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...