Syrie : l'envoyée de l'UNICEF dénonce une détérioration de la situation pour les enfants

Écouter /

En septembre 2016, la Représentante de l'UNICEF en Syrie, Hanaa Singer (à gauche), visite l'hôpital universitaire d'Alep. Photo UNICEF/Khuder Al-Issa

La Représentante du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) en Syrie, Hanaa Singer, a dénoncé une nouvelle fois mercredi la détérioration de la situation dans laquelle vivent les enfants à Alep et dans d’autres parties de la Syrie, après avoir effectué une visite dans des zones assiégées.

« Je viens de revenir d’Alep où la situation continue de profondément se dégrader. Quand j’étais là-bas, près de 100 obus de mortier sont tombés sur l’ouest d’Alep en quelques jours. En même temps, à quelques centaines de mètres seulement, nous avons assisté au bombardement incessant de la partie est de la ville », a expliqué Mme Singer dans une déclaration à la presse publiée mercredi.

« Les récents bombardements à Alep sont particulièrement intenses. Environ 31.500 personnes ont été déplacées de l’est d’Alep en seulement 10 jours. Selon certaines des dernières estimations, au moins 50% des personnes déplacées seraient des enfants », a-t-elle ajouté.

Mme Singer a déclaré avoir visité un abri pour personnes déplacées à Jibreen dans les faubourgs de la ville. Elle s’est aussi rendue à Hanano, un quartier de l’est d’Alep qui a été repris par les forces gouvernementales le 27 novembre. Elle a noté que les destructions étaient très importantes.

Elle a rappelé que la partie est d’Alep est l’une des 16 zones assiégées en Syrie, où on estime que près d’un demi-million d’enfants sont coincés.

Mme Singer s’est aussi rendu dans une autre de ces zones assiégées, Madaya, qui abrite 45.000 personnes. « Les gens survivent en se nourrissant de feuilles et d’herbe », a-t-elle dit.

A l’issue de ces visites, la Représentante de l’UNICEF a déclaré que son agence ne renonçait pas à aider les enfants syriens.

« L’UNICEF s’engage à faire tout son possible pour les aider et pour offrir des possibilités partout où nous le pouvons. Rien qu’en 2016, nous avons distribué à 3,2 millions d’enfants des manuels et des fournitures scolaires, nous avons réhabilité des écoles et ajouté des milliers d’espaces d’apprentissage temporaire », a-t-elle souligné.

« Nous sommes déterminés à faire notre possible pour atteindre les enfants. C’est pourquoi nous avons plus de 200 employés qui risquent leur vie chaque jour à travers le pays pour aider les enfants de la Syrie », a-t-elle ajouté. « Nous appelons les parties au conflit à cesser d’attaquer des civils, à cesser d’attaquer les écoles et les hôpitaux, à cesser de recruter et d’utiliser des enfants dans les forces armées et à cesser d’utiliser les sièges comme armes de guerre ».

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a aussi insisté mercredi sur les efforts de l’ONU pour apporter une assistance humanitaire aux personnes coincées dans les zones assiégées et les zones difficiles d’accès en Syrie.

« Cela est très difficile alors que les combats continuent », a dit M. Ban lors d’un point de presse conjoint avec le Ministre autrichien des affaires étrangères, Sebastian Kurz, à Vienne, où il effectuait une visite.

« Il est important d’obtenir une cessation durable des hostilités pour que nous puissions obtenir un peu de répit, afin que nous puissions aider ces gens », a-t-il ajouté. « J’ai exhorté les autorités syriennes et les groupes armés syriens ainsi que les partenaires de la coalition à respecter leurs promesses, afin que nous puissions jouer notre rôle humanitaire en l’absence de solution politique ».

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...