République du Congo : près de 13.000 déplacés par les violences dans la Province du Pool

Écouter /

Des jeunes déplacés à Mindouli dans la region du Pool en République du Congo. Photo:© UNHCR/Brice Degla

Près de 13.000 personnes ont été déplacées en République du Congo à la suite de l'escalade des affrontement entre forces armées congolaises (Brazzaville) et des anciens rebelles appelés « Ninjas ». Ces mouvements de population sont notés au Sud-Est de la Province du Pool.

 

Le gouvernement attribue ces violences aux anciens membres des Ninjas, qui avaient signé des accords avec Brazzaville pour arrêter les combats en 2003, après des années de guerres et d'insurrections dans les années 1990. Selon le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), la violence aurait augmenté ces dernières semaines. Le HCR fait ainsi référence notamment à cette attaque du week-end dernier contre un véhicule militaire à Mindouli. Cette attaque dans le district du sud-est du pays a fait deux morts.

Les Ninjas ont également été accusés d'avoir attaqué début octobre une importante liaison ferroviaire entre Pointe Noire et Brazzaville qui a fait 14 morts. À la suite des derniers incidents de Mindouli, les missions de l'ONU ont été suspendues cette semaine.

Mais une équipe conjointe des Nations Unies et du Gouvernement a pu mener une mission, du 21 au 25 novembre dernier, dans le département du Pool, au sud, où une opération militaire avait été menée, suite à un raid dans la capitale Brazzaville, après l'élection présidentielle de mars. Le HCR rappelle que lors de cette visite, les organismes humanitaires ont constaté que les conditions de vie des populations s'étaient détériorées depuis la dernière visite effectuée en juin. La mission onusienne, sous l'égide des autorités congolaises, a été déployée pour évaluer la situation humanitaire et les mouvements de population, identifier les besoins urgents et les moyens de soutien aux déplacés.

Selon le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), ces violences ont mis à mal l'agriculture dans le département du Pool. Les Nations Unies redoutent même que certains déplacés n'aient pas bientôt assez à manger en raison de cette insécurité et de la situation humanitaire sur place. Du fait que les travailleurs de la santé et des enseignants ont fui la zone, les populations de cette province congolaise ont aussi des difficultés à obtenir des soins de santé et à accéder à l'éducation.

Il faut juste rappeler que la République du Congo aussi plus 55 000 réfugiés, dont la plupart sont de la République centrafricaine, de la République démocratique du Congo (RDC), du Rwanda et de l'Angola.

 

(Extrait sonore : William Spindler, porte-parole du HCR ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...