Le Conseil de sécurité divisé sur la tenue d'un débat sur les droits de l'homme en Corée du nord

Écouter /

Samantha Power, Représentante permanente des États-Unis, lors de son intervention au Conseil de sécurité (caprture d’écran)

Le Vice-Secrétaire général s'est inquiété, vendredi, devant le Conseil de sécurité, des graves violations des droits de l'homme en Corée du nord, y voyant des signes avant-coureurs d'instabilité et de conflit.

Jan Eliasson a notamment dénoncé l'existence d'un réseau cruel de camps pour prisonniers politiques, et s'est alarmé du fait que 70% de la population souffre d'insécurité alimentaire.

Le Conseil s'est toutefois montré fortement divisé quant à la tenue même de ce débat et, fait rare, un vote de procédure a été nécessaire pour pouvoir l'entamer.

Cinq membres du Conseil y était opposé, dont la Chine qui s'est inquiété à la perspective que la réunion n'attise encore les tensions dans la péninsule coréenne et qui a appelé à la reprise des pourparlers à six.

Appuyée notamment par le Japon, la Représentante des États-Unis a plaidé, au contraire, en faveur du débat.

Samantha Power a indiqué que l'année 2016 a vu une agressivité croissante de la part de la RPDC avec un nombre record de lancement de missile et deux essais nucléaires. Elle a aussi affirmé que lorsque les gouvernements violent de manière aussi flagrante les droits de l'homme de leur peuple, ils font presque toujours preuve d'un même mépris pour les normes internationales qui garantissent notre sécurité partagée.

« C'est vraiment pousser la crédulité que de suggérer, comme le feront, je le sais, certains membres du Conseil, que la gouvernance brutale de la RPDC a un effet neutre sur la paix et la sécurité internationales », s'est indigné la représentante qui a souligné que le « type d'horreurs » commis par le régime de la RPDC est « par essence déstabilisant ».

« Et vu la menace à la paix et à la sécurité que pose le programme nucléaire et de missile balistique », a-t-elle ajouté, « ce lien devrait tous nous inquiéter et mérite de figurer sur notre ordre du jour au Conseil de sécurité ».

Neuf membres du Conseil de sécurité ont voté en faveur de la tenue du débat. L'Angola, la Chine, la Fédération de Russie, l'Égypte et le Venezuela s'y sont opposé. Le Sénégal s'est pour sa part abstenu de voter.

(Extrait sonore : Samantha Power, Représentante permanente des États-Unis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...