L'Assemblée générale adopte la nouvelle stratégie des Nations Unies de lutte contre le choléra en Haïti

Écouter /

La Chef de la Mission des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH) Sandra Honoré assiste à l'inauguration d'un projet de captage et de distribution d'eau dans la ville de Merger, situé à une heure de route de Port au Prince. Le projet est financé par la MINUSTAH à travers les projets d'impacts rapides. Photo ONU/Logan Abassi

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté vendredi la nouvelle stratégie de l’Organisation en matière de lutte contre le choléra en Haïti qui lui avait été présentée au début du mois par le Secrétaire général Ban Ki-moon.

Dans une résolution adoptée sans vote, l’Assemblée générale se déclare préoccupée par le fait que l’épidémie a, à ce jour, touché près de 800.000 personnes et fait plus de 9.000 morts. Elle note en particulier, avec une vive inquiétude, l’augmentation du nombre de cas de choléra et d’autres maladies diarrhéiques suite au passage de l’ouragan Matthew, qui a frappé Haïti le 4 octobre 2016, et la vulnérabilité persistante des Haïtiens qui en découle.

L’Assemblée générale déclare constater les efforts considérables faits depuis 2010 aux niveaux national, régional et international pour lutter contre le choléra en Haïti et se dit consciente du fait qu’en dépit des importants progrès réalisés dans la lutte contre le choléra, le pays se heurte toujours à des difficultés majeures.

Dans la résolution adoptée, l’Assemblée générale se dit « fermement résolue à faire face à cette situation d’urgence qui n’a que trop duré, de manière efficace et coordonnée ». Elle estime que l’Organisation des Nations Unies « a une responsabilité morale envers les victimes de l’épidémie de choléra et qu’elle se doit d’aider Haïti à surmonter l’épidémie et à bâtir des systèmes solides d’approvisionnement en eau, d’assainissement et de santé ».

Aussi, l’Assemblée générale « demande à tous les États Membres, organismes des Nations Unies et autres partenaires internationaux gouvernementaux et non gouvernementaux de soutenir pleinement la nouvelle stratégie de lutte contre le choléra en Haïti énoncée par le Secrétaire général, en particulier de redoubler d’efforts pour combattre et éradiquer le choléra ainsi que pour apaiser les souffrances des victimes, notamment en fournissant une assistance et un soutien matériel aux populations et aux Haïtiens les plus directement touchés par le choléra ».

Lors de la présentation de la nouvelle stratégie le 1er décembre devant les Etats membres des Nations Unies, Ban Ki-moon avait présenté les excuses de l’Organisation au peuple haïtien, exprimant son profond regret pour les souffrances causées par l’épidémie de choléra. Il avait proposé la voie à suivre à travers un plan incluant des mesures immédiates pour enrayer cette épidémie et un soutien à long terme aux personnes touchées.

D’un coût d’environ 400 millions de dollars au cours des deux prochaines années, le train de mesures proposé par les Nations Unies est centré sur deux volets. Le premier consiste en un effort considérablement renforcé et mieux financé pour répondre et réduire l’incidence du choléra, tout en s’attaquant aux problèmes à court et à long terme en matière d’eau, d’assainissement et de système de santé et en améliorant l’accès aux soins et au traitement.

Le second volet de la nouvelle stratégie consiste à élaborer un programme d’assistance matérielle et de soutien aux Haïtiens les plus directement touchés par le choléra. Cela devrait inclure la consultation des personnes et des collectivités touchées pour l’élaboration de ce programme.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...