Journée mondiale contre le SIDA : hausse de 60 % des infections attendue chez les adolescents d’ici à 2030 si les progrès faiblissent

Écouter /

Le bâtiment du Secrétariat de l’ONU éclairé par le ruban rouge du sida, témoignant de l’engagement de l’Organisation à lutter contre le VIH/sida. Photo ONU/Eskinder Debebe

«La solidarité globale a démontré,  dans la lutte contre le SIDA,  que lorsqu’on vient ensemble on peut gagner», a déclaré le Directeur exécutif d'ONUSIDA à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida.

«On avait pas d'espoir, on n'avait pas de médicaments, on ne savait pas ce qu'on pouvait faire pour les plus démunis; aujourd'hui on a 18 millions de personnes sous traitement; on ne savait pas quoi faire avec les enfants, les médicaments n'étaient même pas adaptés; aujourd'hui nous avons pratiquement un million d'enfants sous traitement, et on voit beaucoup de pays qui nous disent aujourd'hui qu'il vont certainement ne plus avoir d'enfants qui vont naitre avec le sida» s'est réjoui le haut fonctionnaire malien.

Michel Sidibé avertit toutefois que «la complaisance est notre pire ennemi» ajoutant qu'il faut ne pas être victime de nos succès et qu’il faut que l’on continue à  se mobiliser pour atteindre les groupes qui n'ont pas encore été atteints, à l'instar des jeunes filles.

Le Directeur exécutif d'ONUSIDA souligne que la période de transition entre l'âge de 13 ans à 19 ans est la période la plus dangereuse pour les jeunes filles, marquée par des violences sexuelles, un manque d'accès au dépistage et lorsqu'elles ont accès au traitement celui-ci est souvent abandonné.

A l'occasion de la Journée mondiale conte le SIDA, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a prévenu jeudi que le nombre des nouvelles infections par le VIH chez les adolescents devrait passer de 250.000 en 2015 à environ 400.000 par an d’ici à 2030 si les progrès pour atteindre ce groupe d’âge faiblissent.

« Si d’immenses progrès ont été accomplis à l’échelle mondiale dans le cadre de la lutte contre le sida, le combat est loin d’être terminé, en particulier en ce qui concerne les enfants et les adolescents », a déclaré le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake. « Toutes les deux minutes, un nouvel adolescent, le plus souvent une jeune fille, est infecté par le VIH. Si nous voulons en finir avec le sida, nous devons redonner à cette bataille toute l’urgence qu’elle mérite et redoubler nos efforts pour venir en aide à chaque enfant et adolescent ».

Le sida reste l’une des premières causes de mortalité chez les adolescents. En effet, selon le 7e bilan de situation sur les enfants et le sida intitulé ‘Pour chaque enfant : mettre fin au sida’, 41.000 adolescents âgés de 10 à 19 ans sont morts du sida en 2015.

Le rapport de l’UNICEF propose des stratégies pour accélérer les progrès en matière de prévention et de traitement du VIH chez les adolescents.

Pour rappel, aujourd'hui 78 millions de personnes vivent avec le VIH alors que 35 millions sont décédées de maladies liées au SIDA depuis que les premiers cas de VIH ont été déclarés.

(Interview : Michel Sidibé, Directeur exécutif ONUSIDA; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...