Est de l'Ukraine : le Haut-Commissaire Zeid dénonce le calvaire des populations vivant dans la ligne de front

Écouter /

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein. Photo : ONU/J. M. Ferré

Le Conseil des droits de l'homme a examiné, ce lundi à Genève, le rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH), rendu public jeudi 8 décembre dernier. Un document qui met en évidence la persistante violation des droits humains et des accords de paix de Minsk de part et d'autre de la ligne de front dans l'Est ukrainien, malgré une accalmie dans le conflit. Et lors de la présentation du rapport, le Chef des droits de l'homme de l'ONU est revenu sur le quotidien pénible des populations civiles des deux côtés de la ligne de front.

 

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme s'est inquiété du quotidien des habitants de la ligne de front dans l'Est de l'Ukraine. Lors d'une session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU ce lundi à Genève, Zeid Ra'ad Al Hussein est revenu sur ces difficultés de mouvements des civils. Des difficultés de circulation de part et d'autre des checkpoints. Ce qui complique, selon le Chef des droits de l'homme de l'ONU, le déplacement de près de 25.000 personnes par jour aux abords des villes de Donetsk et Louhansk.

Mais le plus dur, reste la situation humanitaire. Et le Haut-Commissaire a décrit un sombre tableau de ce calvaire que vivent au quotidien ces milliers de civils de la Ligne de front. Ces derniers doivent faire face à des fréquentes coupures d'eau et d'électricité. Dans certaines zones, notamment à Louhansk, les conduites d'eau ont même été sévèrement endommagées par les bombardements liés au conflit, tandis qu'un village sous contrôle ukrainien n'a plus d'accès à l'eau depuis le printemps.

« Les populations qui vivent dans les zones de conflit se plaignent de plus en plus de la présence d'équipements et de personnel militaire dans leurs foyers, leurs villages et de l'utilisation des terres agricoles pour des besoins militaires. Ce qui crée un sentiment de peur  chez les civils. Les bombardements ont endommagé les systèmes d'adduction d'eau et de gaz. Ce qui a réduit la possibilité de se réchauffer de part et d'autre de la frontière dans la région de Donetsk. Dans la région de Louhansk, mes collègues ont observé la semaine dernière l'impact de de l'adduction d'eau réduite. Les hôpitaux ont beaucoup de mal  dans les territoires contrôlés par les groupes armés. Je rappelle à toutes les parties au conflit, dans les termes les plus forts, qu'attaquer des civils est interdit par le droit international humanitaire ».

Par ailleurs, si la mortalité a baissé de 13 % entre août et novembre par rapport au rapport précédent, la situation reste précaire dans ce conflit dans l'est de l'Ukraine. Au total, ce sont 164 victimes civiles qui ont été recensées dans la région pendant le trimestre, pour un total de  9.758 morts et 22.779 blessés depuis le début du conflit en avril 2014.

(Extrait sonore : Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...