2016, pire année pour les civils en Syrie

Écouter /

Jambes nus, un garçon déblaie la neige devant la tente où vit sa famille dans le camp de déplacés d’Al-Nour à Idlib, en Syrie (21 déc.) Photo: © UNICEF/UN046842/Alwan

L'année 2016 a été la pire année pour les civils en Syrie. C'est ce qu'affirmé, mercredi, le Président de la Commission d'enquête sur la Syrie.

Dans un entretien, Paulo Sergio Pinheiro a notamment pointé du doigt l'escalade des attaques contre la population civile, perpétrées par l'ensemble des parties au conflit.

Il a indiqué que l'année avait aussi été marquée par des moments d'espopir, grâve notamment aux efforts déployés par l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, pour créer des conditions pour la tenue de véritables négociations entre toutes les parties au conflit.

Paulo Sergio Pinheiro voit en outre dans la nomination d'António Guterres au poste de Secrétaire général un nouveau facteur susceptible d'aider la situation en Syrie. Ce dernier a en effet indiqué dans un entretien que la Syrie sera sa priorité, ce qui, cumulé à « sa vaste expérience » laisse espérer au Président de la Commission d'enquête sur la Syrie que de nouvelles initiatives concernant la « voie difficile » vers les négociations et la paix verront le jour.

A noter par ailleurs que le Haut-Commissariat aux droits de l'homme a indiqué, mercredi, avoir connaissance des allégations concernant la présence de charniers à Alep-est, mais que dans l'attente de la confirmation des faits, il n'est pas en mesure de pouvoir confirmer ni leur présence, ni l'identité des victimes ou des auteurs.

(Extrait sonore : Paulo Sergio Pinheiro, Président de la Commission d'enquête sur la Syrie)

 

Classé sous Conflits, L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/11/2017
Loading the player ...