2016: 23 marchés boursiers se sont engagés en faveur de la durabilité

Écouter /

(Image: CNUCED)

Parmi les nouvelles positives de l'année 2016, la CNUCED a récemment annoncé que 23 bourses s'étaient engagées à introduire de nouvelles lignes directrices en matière de reddition de compte sur développement durable, d'ici le premier trimestre de 2017.

Cela porterait le nombre total de bourses recommandant à leurs sociétés cotées de rendre compte des questions environnementales, sociales et de gouvernance, à 38.

Ces normes comprennent des indicateurs portant, entre autres, sur  l'impact environnemental d'une entreprise, sur les écart salariaux entre les chefs d'entreprises et les salairiés à la base, sur le nombre de femmes dans des postes de direction,  ou encore mesurant l’écart salarial entre les femmes et les hommes.

Elles permettent aux consommateurs, aux fonds d’investissements et aux sociétés privées d’investir plus “vertement” plus facilement.

Le monde compte aujourd'hui quelques 79 bourses à travers le globe, dont une soixantaine qui sont associées à la CNUCED.

Douze bourses exigent à leurs entreprises cotées de rendre compte sur les questions liées à durabilité.

Les bourses des économies émergentes, telles l'Afrique du Sud, le Brésil, la Chine et l'Inde, ont été parmi les premières à vouloir adopter ces normes.

Selon la CNUCED et l’Initiative sur les bourses durables (Initiative SSE) qu'elle co-organise, les Nations Unies et les ONG ne sont plus les seules à défendre les rapports de développement durable, les marchés eux-mêmes en sont désormais demandeurs.

Aussi, les analystes constatent de plus en plus une corrélation positive entre une performance durable et une performance financière solide.

L’initiative SSE, organisé par la CNUCED, le Pacte mondial des Nations Unies, l’Initiative financière du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE-FI) et les Principes pour un investissement responsable , vise à faire «progresser la durabilité» sur les marchés.

Elle a notamment diffusé les rapports de durabilité d'entreprises et distribué des lignes directrices modèles à destination des bourses et de leurs membres.

Le secteur privé est considéré comme essentiel pour la réalisation des Objectifs de développement durable des Nations Unies, et l’initiative SSE est un moyen important de faire participer davantage le secteur privé à ces objectifs.

L’initiative a été lancée en 2009 par le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, comprend aujourd'hui plus de 60 bourses représentant plus de 70% des marchés boursiers cotés et quelque 30.000 entreprises dont la capitalisation boursière est supérieure à 55 milliards de dollars.

 

 

(Interview : Chantal-line Carpentier, directrice du Bureau de la CNUCED à New York ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/11/2017
Loading the player ...