VIH/SIDA : nets progrès dans l'accès aux soins mais inquiétudes sur la vulnérabilité des ados

Écouter /

Patiente au Malawi (Photo : UNICEF/HIVA201500101/Schermbrucker)

Dans son rapport annuel publié ce lundi à Genève, l'ONUSIDA s'est inquiété des dangers de la contamination chez les adolescentes, notamment en Afrique Subsaharienne. Mais l'agence onusienne se félicite tout de même du nombre de personnes mises sous traitement. En effet, plus de 18 millions de personnes ont désormais accès à des traitements efficaces contre le sida.

Ce nouveau rapport de Programme commun des Nations Unies sur le VIH-SIDA(ONUSIDA) met en avant l'augmentation du nombre de malades ayant accès à la trithérapie. Le nombre de personnes ayant accès aux soins vitaux contre le sida s'élève cette année à 18,2 millions, dont plus de 900.000 enfants. Selon l'ONUSIDA, ces chiffres ont doublé en cinq ans. Et si ces tendances se confirment, cette agence onusienne basée à Genève estime qu'il est possible d'atteindre l'objectif du nombre de patients sous traitement fixé à 30 millions d'ici à 2020 dans le monde.

Et cet accès au traitement a un impact sur l'allongement de l'espérance de vie. Ainsi en 2015, il y plus de 5,8 millions de personnes âgées de 50 ans qui vivent avec le VIH. Du coup, les morts liés au sida ont chuté de 45% à 1,1 million en 2015 par rapport au pic de 2 millions atteint en 2005.

Mais malgré « les progrès remarquables réalisés, notamment dans les traitements », le Directeur général de l'ONUSIDA souligne la fragilité de ces succès. Une façon pour Michel Sidibé d'attirer l'attention sur le sort des adolescentes. En effet dans les pays très affectés par le VIH, comme en Afrique subsaharienne, le risque est considérablement plus élevé chez les jeunes filles. En cause, des politiques de prévention qui ne marchent pas. Par exemple, en Afrique Australe, les nouvelles infections entre 15 et 19 ans représentent 90% des nouvelles transmissions en Afrique australe, et ce sont surtout des filles. « Les jeunes femmes font face à une menace triple: le risque qu'elles soient contaminées par le virus HIV est élevé, elles sont peu dépistées et elles adhèrent peu au traitement », fait ainsi remarquer Michel Sidibé.

De façon plus générale, entre 2010 et 2015, le nombre de nouvelles infections dans le monde parmi les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans a été réduit de seulement 6%, passant de 420.000 à 390.000. Pour atteindre l'objectif de moins de 100.000 nouvelles infections chez les adolescents, les filles et les jeunes femmes d'ici à 2020, l'ONUSIDA estime qu'il faudra une réduction de 74% dans les quatre prochaines années entre 2016 et 2020.

Il faut juste rappeler que depuis son apparition, dans les années 1980, le virus a infecté 78 millions de personnes à travers le monde, dont 35 millions ont perdu la vie.

(Extrait sonore : Peter Ghys, Directeur du Département Information stratégique et évaluation à l'ONUSIDA ; propos recueillis par Alpha Diallo)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...