Syrie: de hauts responsables de l’ONU dénoncent la prévalence de la logique militaire à Alep-est

Écouter /

Des habitants de l’est d’Alep collectent de l’eau insalubre après l’endomagement de la station d’épuration d’eau. (août 2016) Photo: © UNICEF/UN033485/Anonymous

Le Conseil de sécurité a fait le point, mercredi, sur l'évolution de la situation en Syrie, à commencer par l'intensification des combats dans certains quartiers d'Alep-est.

Devant les Quinze, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires a indiqué qu'une frappe aérienne avait fait des dizaines de morts ce matin même et que 25 000 personnes avaient fui Alep-est depuis samedi, chiffres qui sont voué à augmenter dans les heures à venir.

Sans compter les dangers liés aux tentatives de traverser des lignes de front actives, des rapports crédibles indiquent que des groupes de l'opposition empêchent les civils de prendre la fuite et les préoccupations abondent aussi quant au sort qui attend les civils, y compris des travailleurs humanitaires, perçus comme ayant un lien avec l'opposition.

Stephen O´Brien a enjoint les parties au conflit à protéger les civils avant qu'Alep-est ne devienne un gigantesque cimetière.

Le Coordonnateur des secours d'urgence a par ailleurs indiqué que des convois d'aide humanitaire de l'ONU positionné en Turquie et à Alep-ouest sont prêt à livrer une assistance immédiate.

Stephen O´Brien s'est toutefois dit profondément préoccupé par le sort des civils qui demeurent dans les zones assiégées d'Alep-est et qui, a-t-il avertit, non pas les moyens de résister encore longtemps.

Stephen O´Brien a appelé les parties à réellement protéger la vie des civils, à assurer l'acheminement rapide et sans entrave de l'aide et à mettre un terme aux situations de siège. Des demandes qui, a-t-il indiqué, ne sont ni nouvelles, ni compliqués, mais qui sont issue du tissus commun de notre humanité.

A son instar l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie a déploré que la logique militaire prévale de toute part, au détriment d'une solution politique, sans compter le lourd tribut payé par les civils. Il a aussi de nouveau appelé la communauté internationale à accepter le départ des combattants d'Al-Nusra des quartiers d'Alep-est, une mesure qui, a estimé Staffan de Mistura, permettrait de séparer les terroristes des autres groupes armés et de sauver la vie de civils.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis. Présentation :Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...