RDC/Conseil de sécurité: les quinze quittent Kinshasa «rassurés»

Écouter /

Conférence de presse du Conseil de sécurité à Kinshasa, en RDC. (Photo: MONUSCO)

A l'issue de sa mission à Kinshasa, la délégation du Conseil de sécurité repart «rassurée». C'est ce qu'a déclaré samedi soir l'Ambassadeur angolais, co-président la délégation, lors de la conférence de presse des Quinze dans la capitale congolaise, après s'être entretenu avec la quasi-totalité des acteurs congolais, dont le Premier ministre, le Président, des représentants de l’opposition rassemblés au sein du  «Rassemblement» ainsi que des représentants de la société civile.

Selon lui les Quinze sont venus en République démocratique du Congo (RDC) dans une attitude de diplomatie préventive suite à la crise politique électorale. Ils repartent satisfaits de s'être rendus en RDC au moment opportun. Même si l'accord conclu en octobre n'est qu'une étape, et qu'il faut un dialogue plus inclusif et plus d'engagment, il sera possible d'éviter la crise qui s'annonçait dans le pays.

Ismael Abraao Gaspar Martins a affirmé que ce premier volet politique de la mission a permis de lever des doutes «parce que il y a la volonté de tout le monde d'éviter le pire».

Lors du même point de presse, Francois Delattre, l’Ambassadeur français auprès de l'ONU qui co-préside la délégation a dit se sentir «encouragé». Pour lui le «moment charnière» pour la RDC est possible : pour la première fois le pays pourrait vivre une passation de pouvoirs de manière pacifique à l'issue du mandat du Président.

Le diplomate français a souligné que le Conseil avait porté un message appelant à la responsabilité des acteurs du pays à travers notamment la tenue d'élections justes, crédibles, transparentes, ouvertes, pacifiques, dans des délais raisonnables et conformes à la Constitution congolaise.

Francois Delattre s'est félicité du très bon esprit positif qui a marqué «toutes les rencontres sans exception» ainsi que de la convergence constatée sur trois points par l'ensemble des acteurs, notamment le refus unanime des violences et la promotion du dialogue, la recherche d'une solution politique fondée sur le respect de la Constitution et une conscience aiguë de l'impact régional de la situation en RDC.

Dimanche, les membres du Conseil de sécurité ont quitté Kinshasa pour entamer le volet sécuritaire de leur mission en RDC, à Beni, localité à l'Est du pays, qui compte le plus grand nombre de civils tués par des groupes armés et les problèmes de sécurité les plus graves du pays.

(Mise en perspective de Cristina Silveiro avec des extraits sonores d’Ismael Abraoo Gaspar Martins, Représentant permanent de l’Angola auprès de l’ONU et de François Delattre, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, co-présidents de la Mission du Conseil de sécurité en RDC)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...