Moyen-Orient : de nouveaux camps à Mossoul alors que la menace de l'hiver pèse déjà en Iraq et en Syrie

Écouter /

Le HCR distribue des articles d'équipement contre les conditions hivernales au camp d'Hasansham en Iraq (photo: HCR / Bathoul Ahmed).

Plus d'un mois après le début de l'offensive militaire à Mossoul, plus de 70.000 Iraquiens ont fui cette ville et les districts adjacents. Selon les Nations Unies, la majorité des personnes déplacées sont du district de Mossoul, et près de 98% d'entre elles résident actuellement dans la province de Ninive et d'Erbil. Mais le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés a déjà pris les devants pour faire face à un afflux beaucoup plus important. Il a ainsi ouvert six camps dans quatre provinces iraquiennes. Un dispositif important surtout avec l'hiver qui s'annonce.

 

A ce stade, le HCR indique que le nombre de déplacés et de réfugiés fuyant ces derniers jours Mossoul est stable même si l'agence onusienne redoute de nouveaux pics en cas d'intensification des combats et que des itinéraires sûrs émergent. Alors que les températures nocturnes de Mossoul commencent à baisser  et qui pourraient présager d'un hiver rigoureux, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés devrait ouvrir deux nouveaux camps pour accueillir les Iraquiens déplacés par les combats dans la deuxième ville iraquienne.

La semaine dernière, le HCR a ainsi ouvert un camp à Al Alam, à Tikrit, qui accueille présentement 180 Iraquiens et beaucoup plus de déplacés sont attendus. Le camp d'Amalla, près de Telafar, devrait ouvrir la semaine prochaine. Les camps existants se remplissent rapidement. Déjà trois camps du HCR (Qaymawa, Hasansham et le camp Khazar M1 construit par le gouvernement) sont déjà complets et l'Agence s'attend à des difficultés pour trouver de nouveaux sites devant accueillir ces familles vulnérables.

Au total, le HCR compte actuellement de six camps ouverts dans les gouvernorats d'Erbil, Duhok, Kirkuk et Salah Al-Din. Les camps dirigés et soutenus par le HCR dans les gouvernorats d'Erbil et Duhok accueillent à eux-seuls plus de 47.000 déplacés, soit presque 70 % des quelque 70.000 Iraquiens qui ont fui Mossoul depuis le début d'une offensive militaire le 17 octobre dernier.

Par ailleurs, avec le début de l'hiver et la baisse des températures dans certaines régions du Moyen-Orient, le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a commencé à apporter une assistance vitale à 4,6 millions de déplacés iraquiens et syriens pour les aider à surmonter les conditions hivernales.

Près de 15 millions d'Iraquiens et de Syriens déplacés sont confrontés une nouvelle fois à une saison de difficultés et d'incertitude, loin de leurs foyers et de leurs moyens d'existence. L'offensive se poursuit à Mossoul en Iraq et elle a déjà déplacé des dizaines de milliers de personnes. Le HCR a pour objectif d'aider 3,2 millions de personnes déplacées et réfugiées syriennes et 1,4 million de déplacés iraquiens en Syrie et en Iraq, ainsi qu'en Turquie, en Jordanie, au Liban et en Égypte. Par comparaison, l'année dernière, quelque 3,2 millions de Syriens et d'Iraquiens déracinés avaient bénéficié de l'aide du HCR pour l'équipement contre les conditions hivernales.

L'aide du HCR comprend plusieurs volets, avec des allocations d'aide en espèces pour les personnes qui en ont besoin, ainsi que la distribution d'équipement contre les conditions hivernales, y compris des vêtements, des couvertures, du combustible pour le chauffage, des matériaux d'isolation et d'autres articles de première nécessité. Un soutien technique est également offert dans les camps et les installations.

Pourtant le « Plan d'aide du HCR pour l'équipement contre les conditions hivernales » s'élève à 355 millions de dollars pour 2016-2017 et il n'est que partiellement financé. La majeure partie du déficit de financement – soit un montant de 68 millions de dollars – concerne le volet de ce plan en Iraq pour les déplacés internes, ce qui est particulièrement préoccupant car l'offensive de Mossoul a généré des déplacements considérables.

(Extrait sonore : Cécile Pouilly, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...