#Matthew/Haïti: la campagne de vaccination contre le choléra est sur la bonne voie

Écouter /

La Ministre de la santé haïtienne, Daphnée Benoit Delsoin, donne la première dose du vaccin oral contre le choléra à une étudiante à Les Cayes, Haiti. (Photo: OPS/OMS/ D. Spitz)

Le Ministère de la santé et de la population d’Haïti mobilise un contingent important de superviseurs nationaux, d’infirmières, de travailleurs de la santé et de crieurs ou « crieurs » pour vacciner quelque 800.000 personnes vivant dans 16 communes des départements du Sud et de Grand’Anse, les zones les plus touchées par l’ouragan Matthew il y a un mois.

La campagne, soutenue par l’Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé (OPS/OMS) et d’autres partenaires, a débuté cette semaine et se poursuivra jusqu’au 14 novembre.

L’objectif est de réduire la morbidité et la mortalité causées par le choléra ainsi que de prévenir la propagation de la maladie dans d’autres départements du pays.

Pour assurer une protection collective, chaque personne de plus d’un an vivant dans les 16 communes qui font partie de la campagne recevra une dose du vaccin contre le choléra.

Selon les experts, ce seul vaccin évitera entre 60% et 70% des cas graves de choléra.

Dans le cadre de cette campagne de vaccination, l’OPS / OMS a mobilisé un groupe d’épidémiologistes et d’experts en immunisation pour fournir un appui technique à la campagne.

Les vaccins fournis par l’alliance GAVI sont déjà sur place, et le Corps médical international (IMC), l’UNICEF et d’autres partenaires de vaccination ont préparé les composantes pour la campagne.

Il s’agit notamment de la préservation de la chaîne du froid pour maintenir les vaccins puissants, une mobilisation sociale et un soutien logistique aux brigades de vaccination.

La ministre de la Santé d’Haïti, Daphnée Benoit Delsoin, a souligné que «la vaccination est un outil de lutte contre le choléra, c’est une mesure supplémentaire pour éliminer le choléra en Haïti».

Elle a lancé la campagne aux Cayes et a appliqué première dose du vaccin oral contre le choléra, en présence des autorités locales telles que le maire, le député de la région, le représentant du président au niveau local.

“La vaccination est complémentaire à d’autres mesures préventives”, a déclaré Jean Luc Poncelet, représentant de l’OPS / OMS en Haïti, lors du lancement de la campagne.

Selon lui chaque personne doit être un chef de file dans la lutte contre le choléra, notamment en matière de chloration quotidienne de l’eau à domicile, la consommation d’eau potable, la réhydratation en cas de diarrhée et la recherche de traitements. Aussi, pour éviter les décès, il existe des services de santé qui fonctionnent et sont disponibles.

Depuis que l’ouragan Matthew a frappé Haïti le 4 octobre dernier, il y a eu une augmentation significative des cas suspects de choléra et de décès dans plusieurs localités des départements de Sud et Grand’Anse.

Au-delà de la campagne de vaccination, les autorités nationales ont fortement insisté sur l’importance de fournir de l’eau potable et demandent constamment à la population de pratiquer des mesures d’hygiène des mains et de lavage des aliments avant la consommation.

Le contrôle de l’épidémie de choléra en Haïti fait encore face à de multiples défis. Pour cette raison, le gouvernement et les organisations humanitaires, y compris l’OPS / OMS, appellent la communauté internationale à continuer leurs contributions pour sauver des vies en Haïti.

(Interview: Jean-Luc Poncelet, Représentant de l'OPS/OMS Haïti; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...