Lutte contre le tabac : les pays en développement recevront une aide pour accélérer la mise en œuvre de la convention-cadre de l'OMS

Écouter /

Principal instrument de lutte antitabac dans le monde, la Convention-cadre de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte antitabac rassemble 179 pays et l'Union européenne. Photo: OMS (archives)

Les pays en développement recevront un appui spécialisé pour mettre en œuvre la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac, a déclaré mardi le Secrétariat de la Convention-cadre dans un communiqué de presse.

Premier traité international négocié sous les auspices de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Convention-cadre est le principal instrument de lutte antitabac dans le monde. Elle rassemble 179 pays et l’Union européenne. Ces derniers sont actuellement réunis Conférence des Parties jusqu’au 12 novembre à Delhi, en Inde.

Si le tabagisme persiste, le tabac tuera environ un milliard de personnes au 21e siècle. En 2030, plus de 80% de la mortalité liée au tabagisme dans le monde aura lieu dans les pays à faible revenu. Le traité que représente la Convention-cadre est un « plan directeur » fondé sur des données probantes pour les politiques de lutte antitabac. La consommation du tabac sera réduite si un pays applique largement la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac.

Ce nouveau projet vise à accélérer la mise en œuvre de la Convention-cadre. Il sera exécuté à partir de 2017 par le Secrétariat de la Convention-cadre en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et d’autres partenaires. Grâce à ce nouveau projet en grande partie financé par le Royaume-Uni, un certain nombre de pays à revenu faible ou intermédiaire seront admissibles à un soutien direct pour mettre en œuvre des stratégies et des politiques de lutte antitabac.

Les pays bénéficieront d’un appui pour créer et renforcer des mécanismes de coordination et des actions dans tous les secteurs afin de mettre en œuvre la Convention-cadre, y compris les obligations conventionnelles d’interdire la publicité et la promotion du tabac, de s’assurer que les avertissements de santé soient présents sur les paquets de cigarettes, d’interdire de fumer dans les espaces fermés public et sur les lieux de travail, d’augmenter la taxation du tabac et de protéger les politiques de santé publique contre l’ingérence de l’industrie du tabac.

Les effets néfastes importants du tabagisme sur les pays en développement sont généralement considérés comme des problèmes de santé. Mais pour la Convention-cadre, cette approche ne tient pas compte de l’impact considérable du tabac sur le progrès social, économique et environnemental.

La lutte contre le tabagisme est une question de développement et son succès repose sur l’action d’autres secteurs tels que l’économie, les échanges commerciaux, les finances, la justice et l’éducation. C’est pourquoi la communauté internationale a accepté d’inclure la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac dans ses objectifs de développement durable.

« La mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac est essentielle pour faire progresser le développement durable », a déclaré la directrice du Secrétariat de la Convention-cadre, le Dr. Vera Luiza da Costa e Silva. « Grâce à ce nouveau projet, nous allons porter la mise en œuvre de la Convention-cadre à un nouveau niveau en assurant un appui et une orientation aux pays en développement parties à la convention », a-t-elle ajouté.

Pour le chef de l’équipe sur la santé et les financements innovants au PNUD, Douglas Webb, « il est de plus en plus reconnu que les tendances actuelles du tabac et le développement durable ne peuvent pas coexister ».

« En tant que partenaire engagé, le PNUD se félicite de cette occasion de faire progresser la lutte antitabac grâce à un meilleur appui à la planification nationale, à la bonne gouvernance et à la protection contre l’ingérence de l’industrie du tabac dans l’élaboration des politiques », a dit M. Webb.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...