Le PNUE souligne l’urgence de réduire de 25% les émissions de gaz à effet de serre prévues d’ici à 2030

Écouter /

La montée du niveau de la mer entraîne une augmentation des migrations par les communautés côtières. Photo FAO/Munir Uz Zaman

Alors que l'Accord de Paris sur le climat doit entrer en vigueur demain, 4 novembre, le Programme des Nations Unies pour l’environnement indique que le monde doit radicalement revoir ses ambitions à la hausse afin de réduire d’environ un quart les émissions mondiales de gaz à effet de serre prévues d’ici à 2030, et éviter ainsi une tragédie humaine.

Dans son rapport annuel sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, qui a été publié jeudi, le PNUE constate en effet qu’en 2030, les émissions devraient atteindre 54 à 56 gigatonnes d’équivalent CO2 – soit largement au-dessus des 42 gigatonnes qui avait été fixées pour avoir une chance de limiter le réchauffement planétaire à 2 degrés Celsius d’ici la fin du siècle.

Selon le PNUE, même la mise en œuvre intégrale des engagements pris à Paris ne permettra pas d’éviter un changement climatique grave, car les émissions prévues d’ici à 2030 entraîneront une hausse des températures mondiales de 2,9 à 3,4 degrés Celsius d’ici la fin du siècle.

Les scientifiques s’accordent à dire que limiter l’augmentation de la température mondiale en dessous de 2 degrés Celsius (par rapport aux niveaux de l’ère préindustrielle) permettra de réduire les risques d’orages violents, de longues périodes de sécheresse, de hausse du niveau de la mer et d’autres effets sur le climat.

Le PNUE juge qu’attendre encore quelques années avant de relever le niveau d’ambition, risque de compromettre la possibilité d’atteindre cet objectif, d’accroître la dépendance à l’égard des technologies à forte intensité de carbone et d’augmenter le coût d’une transition globale ultérieure vers une économie à faible taux d’émissions.

Le PNUE appelle donc à prendre des mesures supplémentaires et à agir beaucoup plus vite, à commencer par la prochaine conférence sur le climat qui s'ouvrira lundi à Marrakech, au Maroc.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...