Iraq : les hôpitaux d'Erbil reçoivent les blessés de Mossoul

Écouter /

Une équipe des cliniques médicales mobiles de l'OMS vient ici en aide aux populations de Tlol Nasir, au Sud de Mossoul, en Iraq (Photo : OMS).

La situation dans les environs de Mossoul reste toujours tendue pour les civils. Si le déplacement massif de plus d'un million de civils pris au piège dans Mossoul, redouté par les organisations humanitaires, n'a pas encore eu lieu, sur le terrain les humanitaires sont toujours sur le qui-vive. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) indique ainsi avoir fourni 19 ambulances. Des ambulances qui risquent d'être régulièrement utilisées pour évacuer des blessés du front ou des personnes vulnérables.

 

Depuis le début de la crise humanitaire dans cette province iraquienne, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fourni une vingtaine d'ambulances et une quarantaine de cliniques médicales mobiles en Iraq. La priorité pour cette institution onusienne basée à Genève est de fournir du matériel médical aux localités qui sont aux avant-postes des combats. Ainsi dans le seul Gouvernorat de Ninewa, 11 cliniques médicales mobiles de l'OMS sont actuellement opérationnelles.

Signe que la situation est tendue dans cette zone, le principal hôpital fonctionnel d'Erbil, indique avoir  reçu 29 blessés depuis le 17 octobre dernier. Il s'agit de dix patients pour blessures par balle, quatre civils victimes d'obus de mortier et deux accidentés liés aux mines. L'OMS rappelle que onze de ces blessés sont des femmes, six sont des enfants de moins de 15 ans. Le plus jeune du lot reste ce jeune garçon de 2 ans qui a pris une balle dans la poitrine. La plus âgée du groupe est une femme de 50 ans avec une blessure à l'épaule.

De façon générale, l'OMS indique avoir effectué des missions d'évaluation dans les deux hôpitaux de référence les plus proches du front, notamment à l'hôpital Qayyarah, au sud de Mosul et à Hamdaneya dans la partie orientale de la province iraquienne. Il ressort de ces enquêtes que la cause principale des consultations médicales continue d'être les infections des voies respiratoires dues à l'inhalation de la fumée. Près de 1400 cas ont été ainsi signalés à la suite de l'inhalation de fumées de soufre. A cet égard, l'OMS rappelle qu'une vingtaine de puits de pétrole continuent à brûler dans la région.

Face à cette urgence humanitaire, l'OMS a remis aujourd'hui aux autorités sanitaires d'Erbil des trousses sanitaires d'urgence pour 90.000 bénéficiaires. Elles ont également reçu 300 trousses de secours et du matériel chirurgical à utiliser dans l'hôpital de référence de la province ainsi que dans d'autres établissements sanitaires accueillant les nouveaux déplacés et les communautés d'accueil du gouvernorat.

(Extrait sonore : Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...