Iraq: au moins 60 nouveaux civils exécutés par Daech à Mossoul

Écouter /

Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme. (Photo ONU/Pierre Albouy)

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU a appelé vendredi, le  Gouvernement iraquien à référer la situation dans le pays à la Cour pénale internationale (CPI). Une demande qui survient alors que des preuves supplémentaires d'actes exploitation sexuelle, de torture, de meurtres, et de recrutements d'enfants commis par Daesh se font jour. Des charniers ont aussi été découverts. Zeid Ra'ad al-Hussein appelle également à une « action immédiate », pour prévenir des représailles par l'armée contre les civils qui fuient l'État islamique en Iraq et au Levant (EIIL).

La dimension des souffrances à Mossoul et dans les zones contrôlées par les djihadistes de Daech est « intolérable ». Le Chef des droits de l'homme de l'ONU dénonce ainsi l'exécution d'au moins 60 civils dans la ville iraquienne par l'EIIL . Selon Zeid Raad al-Hussein, quarante d'entre eux ont été accuses de trahison et les vingt autres exécutés pour avoir transmis des informations aux forces iraquiennes. Des assassinats qui ont eu lieu à différents moments et lieux de Mossoul. Le mot « traîtres » a été par exemple affiché sur les habits des victimes qui ont été pendues à des poteaux électriques.

Parmi ces victimes répertoriées ces derniers jours, il y a ce jeune homme abattu mardi soir dans le quartier de Bab al-Jideed pour avoir utilisé un téléphone portable. Six autres civils ont été pendus le 20 octobre pour avoir caché des cartes de téléphone.

Ces crimes viennent allonger une liste d'exactions commises par l'EI en Iraq, notamment des recrutements d'enfant, des actes de torture et d'exploitation sexuelle ainsi que des assassinats.

A cet égard, le Haut-Commissariat note que des informations fait état de l'utilisation d'armes chimiques et de la découverte d'une fosse commune trouvée lundi à Hamam al-Alil avec au moins 100 cadavres. Les victimes seraient notamment d'anciens officiers des forces iraquiennes, des détenus et des personnes qui se sont soulevées contre l'EI au début de l'offensive contre les djihadistes.

Sur un autre plan, l'ONU indique que depuis plus de dix jours, Daech a déplacé des femmes, dont des Yézidies, dans la ville et à Tal Afar.

Enfin, l'armée iraquienne aurait trouvé près de 1000 sunnites, dont la plupart étaient d'anciens officiers iraquiens ou des membres d'un parti, dans une prison souterraine. Elles pourraient avoir été victimes de torture et de malnutrition.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...