Hypertension artérielle : l'inquiétant doublement du nombre de cas en 40 ans

Écouter /

Crédit photo : OMS / Christopher Black

Selon une nouvelle étude publiée dans le Lancet, le nombre de personnes dans le monde souffrant d’hypertension artérielle atteint 1,13 milliard, soit presqu'un doublement depuis 1975.

Le document se fonde sur une analyse groupée de 1 479 études de mesure. Cette recherche a impliqué la mobilisation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et des centaines de scientifiques à travers le monde. Elle a incorporé les mesures de la pression artérielle de près de 20 millions de personnes.

 

L'étude fait notamment ressortir que l’hypertension artérielle n’est plus une maladie des pays riches. Aujourd’hui, les pays les plus touchés sont ceux de l’Afrique subsaharienne – les mêmes pays qui continuent de lutter contre la mortalité maternelle et infantile, ainsi que contre le VIH / sida.

Pour expliquer une telle hausse, les praticiens continuent de pointer du doigt l'adoption de modes de vie plus sédentaires, le tabagisme actif ou passif, et les méfaits d'une alimentation trop riche en sel, en graisse et en sucre. Le stress représente également un facteur important. Aussi, le corps médical insiste-t-il sur la prévention, le dépistage et le traitement continu de l'hypertension.

 

L'étude publiée souligne l’importance croissante des maladies non transmissibles et de leurs facteurs de risque. Comme la mortalité infantile et la fécondité ont baissé rapidement au cours des dernières décennies, la proportion de personnes âgées a augmenté et le fardeau des maladies non transmissibles qui touchent les personnes âgées a également augmenté.

 

La pression artérielle est un facteur de risque principal pour les maladies cardiovasculaires telles que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, et il est traitable. Les systèmes de santé dans les pays moins riches doivent s’adapter au diagnostic et au contrôle de la pression artérielle afin que les adultes puissent vivre plus longtemps et en meilleure santé.

(Interview : Docteur Kokou Happy Agoudavi du Département des maladies non transmissibles à l'Organisation mondiale de la santé; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...