Guinée équatoriale-Gabon: Ban Ki-moon salue la signature d'un accord sur le différend frontalier

Écouter /

Les Présidents Ali Bongo Ondimba du Gabon (à gauche), Teodoro Obiang Nguema Mbasogo de Guinée Equatoriale, et le Secrétaire général Ban Ki-moon (au centre).

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est réjoui mardi de la signature d’un accord spécial entre les gouvernements de Guinée équatoriale et du Gabon concernant leur différend frontalier.

Les deux pays d’Afrique centrale se disputent depuis plusieurs années la souveraineté de l’île de Mbanié. En 2008, sous l’égide de l’ONU, une médiation avait été mise en œuvre.

« C’est un honneur de vous accompagner pour assister à la signature de l’accord spécial sur le différend frontalier entre vos deux pays devant être soumis à la Cour internationale de Justice (CIJ) », a déclaré M. Ban lors de la cérémonie qui s’est tenu à Marrakech, au Maroc, en marge de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP22).

Le Secrétaire général a félicité le Président équatoguinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, et le Président gabonais, Ali Bongo Ondimba, « pour avoir fait preuve de leadership politique, de courage et de sagesse pour parvenir à cet accord mutuellement acceptable, conformément à l’esprit et à la lettre de la Charte des Nations Unies ».

« Je voudrais vous remercier pour la confiance que vous avez accordée aux Nations Unies pour accompagner vos efforts pour trouver une solution mutuellement acceptable », a dit le chef de l’ONU qui a également exprimé sa profonde appréciation pour l’excellente coopération des deux délégations envers son point focal pour le différend, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltman.

« Vous avez tous travaillé sans relâche, côte à côte depuis 2008, pour résoudre pacifiquement le conflit », a rappelé M. Ban. « Les Nations Unies et la communauté internationale sont fiers de votre accomplissement », a-t-il ajouté.

« L’événement d’aujourd’hui témoigne de la détermination de vos pays à adopter une vision commune visant à renforcer et à respecter l’état de droit international et à contribuer à une paix durable et à des relations de bon voisinage », a souligné le Secrétaire général. « J’espère sincèrement que vos efforts louables seront une source d’inspiration pour les pays du monde qui font face à des défis similaires », a-t-il conclu.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...