Crise des réfugiés et des migrants : les difficiles conditions de vie dans les centres de détention libyens

Écouter /

Le personnel de l'OIM s'entretient avec deux mineurs au centre de détention de Gharyan Al Hamra. Photo: OIM

L'afflux des migrants et des réfugiés via la Méditerranée ne faiblit pas. Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 340.000  migrants et réfugiés sont entrés en Europe par la mer en 2016, principalement en Grèce et en Italie. Plus de 170.000  personnes sont arrivées cette année en Grèce et près de 164.000 en Italie. Rome indique que ces arrivées représentent une hausse de 15% par rapport à la même période de l'année dernière.

Si près de 4.000 migrants et réfugiés ont été sauvés, plus de 4.200 personnes sont décédées en tentant la  traversée de la Méditerranée. Les migrants continuent toujours de venir de la Libye où l'OIM dénonce les conditions de vie difficiles dans les centres de détention.

 

Ce sont des informations qui témoignent des difficiles conditions de vie et de l'inadéquation de la situation médicale dans les centres de détention de migrants en Libye. L'Organisation internationale pour les migrations redoute une crise humanitaire qui se dessine dans ce pays, l'un des points de départs des réfugiés dans leur quête d'Europe. Dimanche 6 novembre dernier, un migrant a été retrouvé sans vie au centre de détention de Gharyan Al Hamra, à 90 kilomètres au sud de Tripoli. L'OIM qui ne donne pas les circonstances exactes de ce décès note qu'il s'agit du quatrième en l'espace de trois semaines. Ce dernier cas a été découvert à la suite d'une évaluation médicale pour s'enquérir de la situation des 1.800 réfugiés dans ces centres de détention. Lorsqu'un migrant gravement malade a été découvert, les responsables du centre ont immédiatement transféré le patient à la clinique d'Erevan où il est finalement décédé.

Etant donné qu'elle a déjà reçu de précédents rapports de décès dont un premier a été signalé le 14 octobre dernier – l'OIM, avec ses partenaires internationaux et les autorités libyennes, s'est penchée sur les conditions de vie dans ces centres de détention pour migrants. Dans le cadre de son plan d'intervention d'urgence, l'institution basée à Genève s'est attelée au traitement de la gale, à la désinfection des aires de vie, à la distribution de vêtements d'hiver, couvertures et autres matériels de première nécessité.

En outre, l'OIM souligne que plus de 300 enfants non accompagnés sont également détenus dans un autre centre. Le personnel du centre a commencé à les retirer de la population adulte avec l'aide du bureau de l'OIM en Libye. C'est dans ce contexte que des représentants de sept pays africains, notamment d'Afrique de l'Ouest ont visité le centre de détention pour évaluer la situation et faciliter le rapatriement humanitaire potentiel des migrants souhaitant quitter la Libye.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...