COP22: des dizaines de dirigeants du monde affichent un ferme soutien à la mise en oeuvre de l’Accord de Paris sur le climat

Écouter /

Drapeaux à l'entrée du site de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP 22) à Marrakech, au Maroc. Photo CCNUCC

Le Secrétaire général a donné, ce mardi à Marrakech, le coup d'envoi du segment de haut-niveau de la COP22, la Conférence sur le climat. A cette occasion de nombreux dirigeants du monde ont affirmé leur ferme soutien à la mise en œuvre de l'Accord de Paris qui est entré en vigueur le 4 novembre, après un processus de ratification particulièrement rapide.

Cet accord est l'un des plus complexes au monde et il appelle notamment les Etats à lutter contre le changement climatique en limitant à moins de 2 degrés Celsius la hausse de la température mondiale, tout en s'efforçant de ne pas dépasser 1,5 degré Celsius. Cela signifie que les émissions mondiales devront atteindre leur niveau le plus élevé 2020 et décroitre ensuite rapidement dès lors.

A Marrakech, Ban Ki-moon a déclaré que l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris marque le début d'une nouvelle ère de coopération mondiale sur les changements climatiques.

Le Secrétaire général a notamment indiqué que plus 150 millions de personnes vivent actuellement sur des terres qui risquent d'être submergées d'ici un siècle, ce provoquera d'importants mouvements migratoires et d'instabilités.

Ban Ki-moon a souligné l'énorme responsabilité qui incombe à tous de prendre les bonnes décisions pour notre avenir commun. Il a d'ailleurs fortement encouragé les États à revoir à la hausse l'ambition de leurs efforts d'atténuation au niveau national d'ici à 2018. Il a aussi jugé que le secteur privé doit agir davantage.

Ban Ki-moon a en outre appelé à l'élimination du subventionnement des combustibles fossiles pour accélérer la transition vers la production d'énergie propre.

« Nous disposons de tous les chiffres, a martelé ban Ki-moon, et nous n'avons aucun droit de jouer avec l'avenir des générations futures ou de mettre en péril la survie des autres espèces de la planète ».

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...