Conseil de sécurité: l'OMS dresse un tableau effrayant des conditions sanitaires en Syrie

Écouter /

La Représentante de l'UNICEF en Syrie, Hanaa Singer, visite l'hôpital universitaire d'Alep. Photo UNICEF/Khuder Al-Issa

Le Conseil de sécurité a une nouvelle fois examiné ce matin, la situation en Syrie. Les Quinze ont entendu les interventions liminaires du Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien, ainsi que d'Elizabeth Off, la Représentante de l'Organisation mondiale de la santé en Syrie. Cette dernière, par vidéoconférence, a procédé, de Damas, à un inventaire complet de la situation sanitaire catastrophique que connaît le pays, non sans rappeler, qu'avant le conflit, les taux nationaux de couverture vaccinale étaient de 95% et que l’industrie pharmaceutique syrienne produisait plus de 90% des médicaments nécessaires et exportait vers 53 pays.

Lors de sa présentation, Elizabeth Off a souligné que plus de 300 000 personnes ont été tuées et plus de 1,5 million ont été blessées depuis le début du conflit. Chaque mois, il y a 30 000 blessés supplémentaires. Près de cinq millions de personnes ont quitté le pays et un peu plus de 6 millions ont été déplacées à l’intérieur du pays.

La Représentante de l'OMS a, par ailleurs, rappelé qu'en Syrie, 13,5 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire. Près de 5 millions vivent dans des endroits assiégés ou difficiles d'accès. «Ces chiffres sont stupéfiants», a-t-elle déclaré.

Elizabeth Off a également indiqué que les services de santé ont été dévastés. Plus de la moitié des hôpitaux publics et des centres de soins de santé primaires en Syrie sont fermés ou ne fonctionnent que partiellement. Près des deux tiers des professionnels de la santé ont quitté le pays. La production nationale de médicaments a chuté de deux tiers et les taux de couverture vaccinale ont chuté de moitié.

Une réunion du Conseil de sécurité qui intervient alors que, dimanche soir, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avait condamné la violente offensive aérienne observée ces derniers jours sur Alep, en Syrie, qui a tué et mutilé des dizaines de civils syriens, y compris des enfants, privant l’est de la ville d’hôpitaux en état fonctionnement.

Le chef de l’ONU « condamne également le bombardement aveugle qui a été signalé dans des parties du gouvernorat d’Alep et dans la partie ouest de la ville, y compris des frappes sur des écoles qui auraient tué des enfants », a déclaré son porte-parole dans un communiqué de presse.

M. Ban a rappelé à toutes les parties au conflit que viser des civils et des infrastructures civiles est un crime de guerre. « Il appelle toutes les parties prenantes à cesser immédiatement ces attaques », a dit son porte-parole. « Les responsables de ces atrocités et d’autres atrocités en Syrie, qui qu’ils soient et où qu’ils soient, devront un jour rendre des comptes ».

Le chef de l’ONU a également appelé toutes les parties prenantes à garantir la libre circulation des civils ainsi que l’accès « immédiat et sans entrave » de l’aide humanitaire.

(Extrait sonore : Elizabeth Off, Représentante de l'Organisation mondiale de la santé en Syrie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...