Yémen : l'ONU dénonce l'échec de l'élite politique et s'inquiète de l'effondrement imminent de l'économie du pays

Écouter /

Une jeune fille à Sana’a, au Yémen. 2015 Photo: © UNICEF/UN018341/Jahaf

L'Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen a indiqué, lundi, devant le Conseil de sécurité que les parties au conflit avaient commis des violations importantes de la cessation des hostilités de 72 heures entrée en vigueur le 19 octobre.

Ismail Ould Cheikh Ahmed a aussi indiqué avoir appris de sources officieuses que les parties avaient rejeté la feuille de route qu'il avait présentée pour mettre fin au conflit. Un rejet qui, a-t-il affirmé, montre que l’élite politique est incapable de donner la priorité à l’intérêt national.

Intervenant par lien audio depuis la région, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires a signalé de son côté que le Yémen est aux portes de la famine.

Stephen O'Brien a aussi indiqué que la nature interminable du conflit au Yémen a un impact dévastateur sur les institutions publiques qui sont de moins en moins capables de fournir des services sociaux de base.

Selon le Coordonnateur des secours d'urgence, un quart de la population dépend des personnes employées dans le secteur public, mais les salaires sont versés avec moins de régularité et une crise de liquidité rend difficile le retrait d'argent liquide, une situation qui, a-t-il averti, présage l'effondrement imminent de l'économie du Yémen « déjà désespérément pauvre et évidé par la corruption ».

Stephen O´Brien a aussi signalé que où l'échec des services publics se fait ressentir le plus c'est dans le secteur de la santé, où moins de la moitié des installations rudimentaires de santé fonctionnent encore.

(Extrait sonore : Stephen O´Brien, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...