Yémen :14,1 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire

Écouter /

La population du Yémen est confrontée à une très forte insécurité alimentaire. Photo PAM/Abeer Etefa

Le Programme alimentaire mondial (PAM) s’est dit de plus en plus préoccupé par la détérioration de la sécurité alimentaire et la croissance alarmante des taux de malnutrition infantile au Yémen, en particulier dans les zones difficiles d’accès en raison de l’insécurité.

Les résultats du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) de juin 2016 montrent que 14,1 millions de personnes au Yémen souffrent d’insécurité alimentaire. Parmi elles, 7 millions sont en insécurité alimentaire sévère. Dans certains gouvernorats, 70% de la population lutte pour se nourrir.

Une équipe du PAM a récemment visité des quartiers pauvres, des hôpitaux, des centres de nutrition et de santé et a rencontré des familles et les collectivités locales dans le gouvernorat de Hajjah, dans le nord du Yémen, et le gouvernorat d’Hodeidah, au bord de la mer Rouge. Elle a décrit une situation dramatique où les communautés luttent quotidiennement pour assurer leurs besoins alimentaires et a vu de nombreux cas d’enfants malnutris en provenance de régions éloignées.

Selon le Directeur régional du PAM pour le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, l’Asie centrale et l’Europe de l’Est, Muhannad Hadi, le conflit au Yémen a des conséquences dévastatrices, en particulier sur les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants. « La faim augmente chaque jour et les personnes ont épuisé toutes leurs stratégies de survie. Des millions de personnes ne peuvent pas survivre sans aide extérieure », explique-t-il.

Même avant le dernier conflit, le Yémen avait l’un des taux de malnutrition plus élevés au monde et importait environ 90% de ses besoins alimentaires. Dans certaines régions comme le gouvernorat d’Hodeidah, le taux de malnutrition aiguë globale chez les enfants de moins de cinq ans a atteint les 31%, plus que le double du seuil d’urgence définit à 15%. Près de la moitié de l’ensemble des enfants du pays souffre d’un retard de croissance irréversible.

Le PAM distribue l’aide alimentaire malgré des ressources limitées

Au cours de la trêve humanitaire de 72 heures la semaine dernière, le PAM a atteint trois districts dans le gouvernorat de Taëz, en fournissant une aide alimentaire à 155.000 personnes.

La distribution alimentaire dans certaines des régions est en cours et le PAM couvrira également 189.000 personnes supplémentaires dans trois autres endroits qui étaient difficiles à atteindre au cours des dernières semaines. Le PAM a besoin d’un accès durable aux gouvernorats les plus pauvres, en particulier Marib, Al-Jawf et Taëz.

Depuis février 2016, le PAM a acheminé des vivres à plus de trois millions de personnes chaque mois. Toutefois, l’augmentation des besoins et la diminution des ressources ont contraint le PAM à réduire la taille des rations alimentaires afin de pouvoir atteindre six millions de personnes chaque mois. « Nous devons fournir une ration complète à toutes les familles dans le besoin, mais malheureusement, nous avons dû réduire la taille du panier alimentaire et diviser l’assistance entre les familles pauvres pour répondre aux besoins croissants », a déclaré le Directeur du PAM au Yémen, Torben Due.

Avec cette assistance, le PAM a contribué à stabiliser la situation, mais les besoins dépassent les ressources disponibles, et par conséquent les niveaux d’insécurité alimentaire sont encore élevés.

257 millions de dollars nécessaires pour fournir une aide alimentaire vitale

Le PAM vise à traiter et aider à prévenir la malnutrition chez près de 700.000 enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes et les mères allaitantes. Cela inclut un traitement nutritionnel pour les enfants de moins de cinq ans et des interventions préventives pour les enfants de moins de deux ans. Ce travail pour contrer la malnutrition aiguë modérée (MAM), également connu sous le nom d’émaciation, se fait par le biais des partenaires locaux dans 2.200 centres de santé répartis dans 14 gouvernorats à travers le Yémen.

« Une génération entière pourrait être compromise par la faim », a alerté M. Due. « Nous devons intensifier notre aide vitale pour atteindre plus de personnes avec une aide alimentaire en temps opportun et un traitement préventif », a-t-il dit appelant la communauté internationale à soutenir le peuple du Yémen. Le PAM a besoin plus de 257 millions de dollars pour fournir une aide alimentaire vitale jusqu’en mars 2017.

L’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed , a conclu mardi une visite de trois jours à Sana’a où il a tenu des réunions avec plusieurs représentants du Congrès populaire général, d’Ansar Allah, des militants yéménites et des diplomates étrangers.

Sur le plan politique et diplomatique, l’Envoyé spécial a présenté à la délégation du Congrès populaire général-Houthi une feuille de route écrite qui porte sur les mécanismes de sécurité et politiques. La délégation a accepté de répondre à la proposition dans les prochains jours, a rapporté le Bureau de M. Ould Cheikh Ahmed dans un communiqué de presse.

« Toutes les parties doivent coopérer pleinement et rapidement pour soutenir des alternatives politiques afin d’assurer une paix durable guidée par la conviction que la violence n’est jamais une solution viable », a déclaré l’Envoyé spécial. « Les semaines et les mois précédents ont confirmé qu’il n’y a pas de gagnants dans la guerre », a-t-il ajouté.

A la fin de sa visite, M. Ould Cheikh Ahmed a souligné l’importance de parvenir à un règlement global et pacifique au conflit, et a exhorté les parties à convenir d’une prolongation de la cessation des hostilités.

Il a noté l’importance de permettre l’accès libre et sans entrave des fournitures et du personnel humanitaire à toutes les parties du Yémen. « Les hommes et les femmes yéménites se trouvent pris au piège dans des affrontements mortels depuis trop longtemps et ils paient le prix de la violence aveugle dans le pays. Cela doit cesser », a-t-il dit.

L’Envoyé spécial a noté le besoin urgent d’ouvrir l’espace aérien yéménite aux avions commerciaux et d’évacuer les personnes blessées afin qu’elles puissent être soignées.

(Extrait sonore : Mise en perspective par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...