Syrie : le Conseil de sécurité demeure incapable de s'accorder pour mettre un terme à la destruction d'Alep

Écouter /

Pour la 5ème fois, la Fédération de Russie a fait usage de son pouvoir de veto samedi contre une résolution sur la Syrie.(Photo: ONU/C.Pak)

Le Conseil de sécurité a une nouvelle fois échoué samedi à adopter une résolution pour mettre un terme à la destruction d’Alep, en Syrie.

La proposition de résolution mise au vote devant le Conseil, samedi, qui circulait depuis une semaine et qui était coparrainée par la France et l'Espagne ainsi qu'une quarantaine d'autres pays, a reçu 11 votes en faveur, 2 abstentions (Angola; Chine), ainsi que 2 votes contre (Venezuela; Russie) y compris le veto de la Fédération de Russie.

La proposition de résolution franco-espagnole demandait la mise en œuvre immédiate de la cessation des hostilités en Syrie et notamment l'arrêt de tous les bombardements aériens et vols militaires à Alep.

Elle soulignait l'importance de séparer les forces d'opposition modérées de celles du front « Jabhat al Nusra ». Elle demandait au Secrétaire général de proposer des options pour la mise ne œuvre du plan mis en avant par l'Envoyé spécial Staffan da Mistura. Elle exigeait l’accès humanitaire tel que demandé par les Nations Unies et réaffirmait que la seule solution durable à la crise actuelle en Syrie est à travers un processus politique, exigeant la reprise des négociations.

Le Ministre des affaires étrangères de la France, Jean Marc Ayrault a pris la parole devant le Conseil avant la mise à vote du projet de résolution.  Il a souligné que face à un refus du projet de résolution “il reviendra à chacun d’en tirer les conséquences et de prendre des décision graves pour que les auteurs des crimes de guerre ne restent pas impunis”.

La résolution faisait suite au cri de cœur envoyé la semaine dernière par l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, y compris lors des consultations avec les quinze vendredi. Staffan de Mistura avait notamment avertit que Alep pourrait être détruit d’ici la fin de l’année si l’offensive se poursuit.

Le Secrétaire général de l'ONU a récemment décrit l’escalade militaire contre l'est d'Alep comme un «abattoir ». Le Haut-Commissaire aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein a affirmé que ces attaques pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Le Chef des affaires humanitaires de l'ONU Stephen O’Brien a qualifié l’est d’Alep de zone assiégée, signalant que 275.000 civils, dont 100.000 enfants, sont piégés et en ajoutant que nous sommes dans une course contre la montre pour protéger et sauver les civils là-bas.

C'est la 5ème fois que la Russie fait usage de son pouvoir de veto, face à une résolution concernant la guerre en Syrie. Elle a qualifié la mise au vote de la proposition de résolution franco-espagnole qui était préalablement vouée au veto, de « mise en scène » et « perte de temps ».

Une deuxième résolution sur la Syrie a été soumise au vote samedi, parrainée par la Fédération de Russie. Elle a reçu 9 votes contre, 4 en faveur, et 2 abstentions. L'Ambassadeur russe a affirmé qu’« il ne s'attendait pas à ce que la résolution soit adoptée, c'était plutôt une sorte de manifestation politique ».

(Extrait sonore :  Jean Marc Ayrault, Ministre des affaires étrangères de la France; mise en perspective : Cristina Silveiro)

Version plus longue del a mise en perspective. Écouter /
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...