Syrie : « Alep ne sera plus là » dans deux mois si l’impasse diplomatique continue, selon l’envoyé de l’ONU

Écouter /

Un groupe d’écoliers dans les rues de l’est d’Alep (setptembre 2016). Photo: © UNICEF/UN034442/Zayat

D’ici le mois de décembre, si aucune solution n'est trouvée, Alep ne sera plus là. C'est ce qu'a averti lundi l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, à l'issue d'une réunion avec les Ministres des affaires étrangères de l’Union européenne qui était organisée à Luxembourg.

Devant la presse, Staffan de Mistura a affirmé qu' il y a eu des progrès lors de sa rencontre samedi à Lausanne, en Suisse, avec d’autres diplomates de haut niveau, et qu'il importe à présent de s’appuyer sur ces progrès afin d’éviter que la ville d’Alep ne connaisse le même sort que les villes assiégées de Darayya ou Moadamiyah.

Concernant les pourparlers qu’il a facilités à Genève, l’Envoyé spécial a toutefois exprimé des doutes sur la capacité d’être en mesure d’avoir des « discussions normales régulières », alors que la ville d’Alep est sous les bombardements, avec 100.000 enfants bloqués et aucune aide humanitaire livrée depuis plus d’un mois.

Environ 275.000 personnes sont toujours bloquées dans l’est d’Alep et la partie ouest de la ville a également subi de lourdes pertes.

Alors que la bataille pour Mossoul, en Iraq, a fait l’objet d’une attention médiatique mondiale au cours des dernières 24 heures, l’Envoyé spécial s’est aussi dit préoccupé que la priorité d’Alep soit négligée.

En cinq ans, l’ONU estime que le conflit en Syrie a poussé plus de 4,8 millions de réfugiés vers les pays voisins et des centaines de milliers vers l’Europe, et déplacé 6,6 millions de personnes à l’intérieur du pays qui comptait plus de 20 millions habitants avant le conflit. Plus de 250.000 personnes auraient trouvé la mort depuis le début du conflit et une grande partie de l’infrastructure du pays est désormais en ruine.

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), en dépit d’une légère réduction des attaques pendant deux jours la semaine dernière, un regain des hostilités en fin de semaine, dont des frappes aériennes sur l’est d’Alep, a fait de nombreuses victimes.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

Classé sous Conflits, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...