RDC : le Représentant spécial s'inquiète du risque de violence grave

Écouter /

Maman Sidikou, Représentant spécial du Secrétaire général pour la RDC, lors de son intervention devant le Conseil de sécurité. Photo: ONU/Kim Haughton

« Extrêmement fragile », la situation politique en République démocratique du Congo pourrait atteindre très rapidement un « point de bascule dans la violence grave ».

C'est ce qu'a prévenu, ce mardi devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général pour ce pays, Maman Sidikou, qui notamment s'est inquiété de l'augmentation des tensions et du rétrécissement continu de l'espace politique.

Le Représentant spécial a aussi rapporté que selon la Commission électorale nationale indépendante, la tenue des élections présidentielle, législatives et provinciales en un seul jour, qui était prévue cette année, ne serait techniquement possible qu'en novembre 2018, soit bien au-delà de la limite du mandat du Président Joseph Kabila.

Au micro de Jérôme Longué, Maman Sidikou fait le point sur les attentes de l'ONU sur le plan politique et revient également sur les massacres de Béni.

(Interview : Maman Sidikou, Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo. Propos receuillis par Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...