Nigéria/UNICEF: la crise humanitaire au nord-est du pays est largement occultée

Écouter /

Vue du camp Muna gagrage pour personnes déplacées dans l’état de Borno au Nigéria. Photo:© UNICEF/UN028918/Esiebo

La protection des enfants des zones récemment libérés de l'emprise de Boko Haram demeure une priorité dans le nord-est du Nigéria. C'est ce qu'a affirmé vendredi le Directeur régional de l'UNICEF pour l'Afrique centrale et de l'ouest, de retour d'une mission à Maiduguri, dans cette région du pays. Manuel Fontaine qui a affirmé lors d'un point de presse à Genève, que 20 000 enfants auraient été séparés de leurs parents suite au conflit, mais que plus 5 000 ont pu être réunis. En outre, 876 enfants ont récemment été libérés par l'armée nigériane, mais l'UNICEF s'inquiète qu'il y en ait d'autres et se préoccupe de la stigmatisation que subissent ces enfants.

Intervenant par téléconférence, Manuel Fontaine, a indiqué qu'au Nigeria il s'est rendu dans plusieurs sites pour les personnes déplacées dans le nord-est du pays. Les évaluations réalisées montrent qu'il y a un besoin d’augmenter la fourniture de vivres, car il y a actuellement 4,4 millions de personnes vivant dans des situations d’urgence.

Dans les États du nord, plus de 400.000 enfants sont dans un l’état de malnutrition sévère et aiguë, et à ce jour, plus de 100 000 ont été bénéficié d'un traitement. Il importe aussi de mettre en place des installations sanitaires, de faciliter l'accès à l'eau et aux soins de santé.

La situation au nord du Nigeria attire très peu d’attention malgré l'ampleur de la crise que connaissent 1,8 million de personnes déplacées à l’intérieur de la région. Les opérations de l’UNICEF au Nigéria en 2016 ne sont financées qu'à hauteur de 25% et la situation à Maiduguri est très peu couverte par la presse.

(Extrait sonore : Manuel Fontaine, Directeur régional du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, UNICEF, pour l’Afrique occidentale et centrale)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...