Iraq : l'OMS apporte son aide aux hôpitaux de Kirkouk et de Mossoul

Écouter /

Des camions arrivent dans des entrepôts du PAM chaque jour pour préparer la réponse humanitaire à la bataille de Mossoul, en Iraq. Photo PAM/Alexandra Murdoch

Plus de 200.000 personnes ont besoin de soins et plus de 40.000 personnes ont besoin d'une hospitalisation parmi les déplacés fuyant les combats à Mossoul. Outre l'urgence de campagnes de vaccination pour les enfants, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a positionné à l'avance plus des dizaines de cliniques et plus de 40 équipes mobiles dans plusieurs régions d'Iraq.

Par ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé récemment une formation avec le ministère de la santé iraquien pour la prise en charge de victimes en masse et la décontamination d'agents chimiques. « En prévision des opérations de Mossoul, l'OMS et le ministère de la santé, ont conclu le 18 Octobre dernier une série de formations sur la gestion de pertes humaines considérables et la décontamination de l'utilisation des agents chimiques en Iraq. Ces travaux préparatoires ont été menés par des experts spécialisés dans les armes chimiques, la décontamination, la gestion des interventions médicales d'urgence et des événements qui font de nombreuses victimes ».

Il faut juste rappeler que jusqu'à 600 personnes ont été blessées il y a quelques mois à Ninawa dans la région de Kirkouk suite à une attaque chimique des groupes armés. Selon l'OMS, « des groupes armés d'opposition sont accusés d'avoir mené le 8 mars dernier des attaques à l'arme chimique contre des civils dans la ville de Taza dans le gouvernorat de Kirkouk ». « Les victimes avaient des symptômes compatibles avec l'utilisation d'agents vésicants chimiques », renseigne l'institution onusienne basée à Genève.

(Extrait sonore : Tarik Jašarević, porte-parole de l'OMS à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...