Haïti/Conseil de sécurité: l’ouragan Matthew rend d’autant plus nécessaire la prorogation du mandat de la MINUSTAH

Écouter /

Sandra Honoré rend compte de la situation à Haïti devant le Conseil de sécurité par video conférence, (Photo: ONU/Amanda Voisard)

L'impact de l’ouragan Matthew sur le processus politique et la stabilité d'Haïti ne servent qu’à confirmer la recommandation du Secrétaire général de proroger  jusqu'au 15 avril 2017, le mandat de la MINUSTAH avec les effectifs des force militaires et de police aux niveaux actuels, a affirmé mardi après-midi, devant le Conseil de sécurité, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour Haïti et cheffe de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation pour Haïti (MINUSTAH).

Selon Sandra Honoré, cela permettrait à la MINUSTAH d’appuyer les autorités haïtiennes dans leurs efforts pour rétablir l’ordre constitutionnel alors que le pays traverse une nouvelle crise humanitaire provoquée par l’ouragan Matthew.

La cheffe de la mission onusienne a indiqué que le passage de l'ouragan  de force 4, le 4 octobre dernier, a provoqué la crise humanitaire la plus importante que le pays ait connu depuis le séisme de 2010 ».

Selon le gouvernement haïtien, a précisé la Représentante spéciale, plus de 2,1 millions de personnes ont été affectées, et plus de 1,4 million ont un besoin urgent d'aide humanitaire. Le Ministre de l'intérieur a confirmé 372 morts, un chiffre qui risque d'augmenter, et plus de 60.000 personnes ont été évacuées et vivent actuellement dans des abris.

« Dans les régions les plus fortement frappées, notamment au sud du pays, les petites exploitations agricoles sont la source principale de revenu et des milliers de personnes ont perdu leurs moyens de subsistance suite à la disparition de 80%du bétail et des cultures » a souligné la Représentante spéciale, signalant aussi les dommages importants aux infrastructures du pays, dont les routes et les écoles qui devaient servir également de centre de vote.

« L’impact sanitaire de cette catastrophe ne peut pas être surestimé » a affirmé Sandra Honoré devant les quinze, ajoutant que « l'infrastructure liée à l'eau et l'assainissement, qui était déjà fragile, a été gravement endommagée; l’absence d’eau potable et la contamination par les eaux usées d’autres eaux disponibles, est à l’origine d’un très haut niveau d'infections dues à des maladies diarrhéiques, y compris, mais pas uniquement, le choléra ».

« En réponse, nous fournissons des systèmes de purification de l’eau, et des médicaments dans les zones difficiles à atteindre. Il y a des centaines de cas suspects de choléra, et nous voyons déjà les premiers décès » a expliqué la cheffe de la MINUSTAH. Selon elle, protéger les populations vulnérables au choléra, et veiller à ce que la restauration, et dans certains cas, l'installation, des systèmes d’eau et d’assainissement doit être l’une des priorités pour l'action humanitaire.

Près de 70% des bureau de vote dans le sud du pays auraient été affectés par Matthew et le Conseil électoral provisoire a décidé de repousser les élections en attendant l'évaluation des consequences sur le processus électoral.

La Représentante spéciale a souligné un engagement remarquable de la part des autorités haïtiennes concernant le processus électoral.

Avec le passage de la tempête tant le Conseil électoral provisoire que  la Police nationale haïtienne auront besoin d'un appui accru et vigoureux, notamment de la part de la communauté internationale.

« Plus que jamais il est important que toutes les mesures soient prises afin que le processus politique génère le consensus nécessaire pour surmonter les défis humanitaires et politiques » a dit Sandra Honoré, en appelant toutes les acteurs nationaux à placer l'intérêt des Haïtiens avant le leur.

(Extrait sonore : Sandra Honoré, Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU en Haïti et cheffe de la MINUSTAH)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...