Grands lacs: l'accord-cadre pour la paix et la sécurité progresse malgré les multiples crises

Écouter /

Said Djinnit, l’Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour les Grands Lacs, à Luanda en Angola. (photo : ONU/Penangnini Toure)

Des progrès ont été constatés dans la mise en œuvre de l'Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo (RDC) et la région, malgré les crises qui minent la région a déclaré mercredi l'Envoyé Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les Grands Lacs, à l'issue de la septième Réunion de haut niveau du Mécanisme régional de suivi de l'Accord-cadre à Luanda en Angola.

Saïd Djinnit a relevé que la fait que la réunion se soit tenue dans la région, avec une bonne participation des chefs d'État était déjà un « grand progrès » en termes de la participation et de renforcement de l'appropriation du processus.

Auparavant, le Mécanisme se réunissait en marge de l'Assemblée générale de l'ONU ou du Sommet de l'Union africaine, ce qui avait entraîné une participation affaiblie avec le temps.

La réunion a notamment permis d'évaluer la mise ne œuvre des engagements pris par les États dans le cadre de l'Accord-cadre, qui contient des volets axés sur les questions de genre, de la réforme de la sécurité, de la réconciliation et de la décentralisation.

« Les pays d'Afrique de l'Est ont fait des progrès et certains vont vers une monnaie unique, des corridors de développement lient un certain nombre d'États et il y a des projets transfrontaliers d'exploitation des lacs et d'autres ressources » a précisé l'Envoyé spécial, citant notamment des avancées économiques et une meilleure intégration économique.

Malgré tout, à Luanda, les chefs d'État ont consacré la plus grande partie de leur temps aux crises actuelles qui minent la région notamment au Burundi, en République centrafricaine (RCA), en RDC et au Soudan du Sud, a affirmé Saïd Djinnit.

Sur le Burundi les chefs d’État ont réitéré leur soutien â la facilitation par l'Afrique de l'Est et ont appelé toutes les parties à collaborer avec le facilitateur.

Concernant la RDC, les dirigeants ont salué l'accord récent entre le gouvernement et l'opposition tout en appelant le gouvernement à prendre des mesures supplémentaires. Ils ont également exhorté la région, les États membres de l'IGAD,  l'Union africaine et l'ONU, à aider le gouvernement de la RDC à trouver une solution durable pour le retrait des éléments Sud-Soudanais du SPLM/A-IO de la RDC dans les plus brefs délais.

« Il y a d'innombrables projets dans la région qui montrent la volonté des acteurs économiques, du secteur privé et des États d'avancer et d'aller vers le développement et l'intégration, mais ces efforts sont dans un certaine mesure toujours ralentis par ces problèmes de sécurité qui restent un défi dans cette région » a affirmé Saïd Djinnit.

(Interview : Saïd Djinnit, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les Grands Lacs ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...