Genève : Syrie et Venezuela parmi les enjeux de l'assemblée parlementaire de l'UIP

Écouter /

Martin Chungong, Secrétaire général de l'Union interparlementaire. (Crédit photo : Lucas Solari/ONU)

L'Union interparlementaire (UIP) a entamé, ce lundi à Genève, les travaux de (24-27 octobre) de 135ème Assemblée. Cette conférence qui réunit plus de 700 parlementaires se penche cette semaine sur la capacité de « réaction rapide » des parlementaires et le rôle du Parlement lorsque les violations des droits de l'homme présagent un conflit. Dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies, le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong a indiqué cette rencontre de Genève permettra aux parlementaires de se pencher sur plusieurs dossier mondiaux dont le sort des populations d'Alep, mais aussi la situation politique au Venezuela.

Cette 135ème Assemblée de l'UIP marquera le 40ème anniversaire du Comité des droits de l'homme des parlementaires. Examinant actuellement plus de 450 cas dans le monde, cet organe cherche à protéger ou à obtenir réparation pour les parlementaires dont les droits ont été violés. Guidé par deux principes de base, à savoir « Ne jamais abandonner » et « Aidez-nous à aider les parlementaires en danger », le Comité a examiné 2.500 cas dans 109 pays depuis 1976, œuvrant sans répit à tenter de persuader les autorités compétentes et à faire pression sur elles jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée. Cet anniversaire sera également l'occasion pour les parlementaires de faire preuve d'une solidarité accrue à l'égard de leurs pairs dont les droits fondamentaux ont été violés. « Les parlementaires devraient en effet être parmi les premiers à réagir et à prendre des mesures en cas de graves atteintes aux droits de l'homme », fait remarquer l'UIP.

Pour cette organisation internationale basée à Genève, aucun pays n'est à l'abri des violations des droits de l'homme. La marginalisation, l'exclusion politique, l'intolérance religieuse, la pauvreté et les restrictions injustifiées aux libertés fondamentales – telles que le droit à la liberté d'expression et le droit de réunion pacifique –sont des phénomènes très répandus dans le monde entier.

Jusqu'à vendredi, les parlementaires se prononceront ainsi sur la situation humanitaire grave en Syrie, en particulier à Alep » et sur le « respect de la séparation des pouvoirs » au Venezuela, comme « élément essentiel des systèmes démocratiques et garantie du bon fonctionnement du parlement en tant qu'institution incontournable de la démocratie ». Sur ce dossier de Caracas, l'UIP prépare d'ailleurs une mission dans ce pays pour s'enquérir du sort des parlementaires emprisonnés. « Nous sommes en train d'étudier les modalités, d'abord avec le Comité mais ensuite avec la délégation vénézuélienne. On veut organiser ça le plus rapidement possible étant donné le caractère urgent de la situation au Venezuela » a déclaré le Secrétaire général de l'UIP.

(Extrait sonore : Martin Chungong, Secrétaire général de l'UIP ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...