Burundi : le Conseil de sécurité préoccupé par l'absence de progrès pour résoudre la crise politique

Écouter /

Des réfugiés burundais dans un camp à Lucenda, en République démocratique du Congo. Photo PAM/Leonora Baumann

Le Conseil de sécurité s’est déclaré vendredi inquiet de la situation politique au Burundi, en particulier de l’absence de progrès pour mettre en œuvre sa résolution 2303, adoptée en juillet cette année.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil ont une nouvelle fois demandé à toutes les parties prenantes au Burundi d’éviter toute action qui menacerait la paix et la stabilité dans le pays et fragiliserait le dialogue inter-burundais.

Le Conseil de sécurité a demandé au Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention des conflits, y compris au Burundi, Jamal Benomar, de se rendre sur place pour rencontrer les autorités burundaises au sujet de la mise en œuvre de la résolution 2303.

Les Quinze ont demandé au gouvernement du Burundi de faire progresser sa coopération avec le Conseiller spécial pour développer, de manière consensuelle, un plan et un calendrier pour la mise en œuvre de la résolution, et de continuer à coopérer étroitement avec l’équipe des Nations Unies en vue de parvenir à une règlement pacifique de la crise.

Les membres du Conseil ont par ailleurs regretté la décision par le Burundi de suspendre toute coopération avec le Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), qui fournissait une assistance technique depuis 1995 pour renforcer l’état de droit dans le pays. Les Quinze souhaitent qu’une solution rapide soit trouvée pour permettre au HCDH de reprendre ses activités.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...