#UNGA71 / Niger: le Président Issoufou appelle à stabiliser la Libye et soutenir la force multinationale du Bassin du Lac Tchad

Écouter /

Le Président du Niger, Mahamadou Issoufou, prends la parole à l’ONU.(Photo: ONU/UN Photo/Susan Markisz)

« Si jamais on n'arrive pas à stabiliser la Libye, c'est toute la zone du Sahel qui va entrer dans l'instabilité » a mis en garde le Président du Niger, à l'issue de son intervention devant l'Assemblée générale vendredi.

« Il n'y a aucune chance que nos pays atteignent les objectifs de développement durable si la situation en Libye continue à créer une situation d'instabilité dans nos pays », a ajouté Mahamadou Issoufou.

Aussi le dirigeant nigérien a appelé à reformer la structure du Conseil de sécurité, « héritée de lendemain de la Seconde guerre mondiale ».

Selon lui l'organe doit avoir une structure plus démocratique et ses décisions doivent être prises de manière plus démocratique, après concertation avec le maximum de pays.

« Moi je suis Président d'un pays voisin de la Libye, mais j'ai appris des décisions concernant la Libye, des interventions concernant la Libye à la télévision, à la radio comme n'importe quel citoyen, or malheureusement aujourd'hui c'est mon pays et les autres pays du Sahel qui font les frais du chao qui existe au Sahel ce n'est pas normal et cela doit changer », a expliqué le dirigeant nigérien.

Le Président souhaite également voir un soutien plus actif de la communauté internationale, notamment en terme de renseignements et d'équipement aux forces des pays du bassin du Lac Tchad, afin de mettre un terme rapidement à « l'organisation criminelle Boko Haram ».

Le Président nigérien a également souligné  la crise humanitaire aigüe qui frappe son pays, en raison des agissements de Boko Haram, une crise qui se traduit par plus de 167.000 déplacés, 100.000 réfugiés, et qui prive quelque 18.000 enfants d'école.

Concernant l'économie, le dirigeant du Niger a également appelé à une révision de la gouvernance économique mondiale et a souhaité voir au niveau des organisations telles que la Banque mondiale (BM), le Fonds monétaire international (FMI) ou l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la mise en place de règles économiques favorables à la croissance économique mondiale.

« L'économie mondiale est malade » a déclaré le Président oust-africain, citant le rapport entre le capital spéculatif et l'économie réelle.

« Aujourd'hui pour un dollar investi dans l'économie réelle il y a plus de 100 dollars spéculatifs… et c'est cela d'ailleurs qui créé les conditions de crises répétitives que connait le monde », a souligné Mahamadou Issoufou.

(Interview : Mahamadou Issoufou, Président du Niger; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...