#UNGA71 : les Premières dames africaines renforcent leur engagement en faveur de la santé reproductive des femmes et des filles

Écouter /

 

Hinda Itno Déby, Première dame du Tchad. (Saisie d’écran: ONU/Webcast)

Nous souhaitons donner la place à la femme africaine qui lui revient de droit, a affirmé mercredi la Première Dame du Tchad à l'issue d'une table ronde de haut niveau sur le thème "Améliorer la santé en matière de sexualité et de procréation des adolescentes", en marge de la 71ème session de l'Assemblée générale aux Siège des Nations Unies à New York.

La table ronde, coorganisée par l'Organisation des Premières dames d'Afrique contre le VIH/SIDA (OPDAS) et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), en collaboration avec la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF) et Alere, avait pour objectif d'élargir l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive des adolescents en Afrique.

En tant que Premières dames engagées, nous souhaitons donner une chance à la fille africaine à l'éducation et à lutter contre les violences faites aux femmes, a expliqué Hinda Itno Déby, ajoutant qu'elles voulaient surtout aider "celles qui sont dans les villages, dans les milieux urbains a avoir accès aux premiers soins parce que comme nous toutes les femmes africaines n'ont pas accès aux soins de santé et meurent en couche".

Dans un communiqué de l'OPDAS publié suite à la rencontre, les Premières dames s'engagent notamment à renforcer leur collaboration avec l'Union africaine, le FNUAP, d'autres organisations ainsi que la société civile.

Elles exhortent également les gouvernements à assurer que les adolescents aient accès à l'éducation sexuelle et reproductive adaptée à leur âge.

Aussi elles réitèrent la nécéssité d'abroger les lois qui empêchent les femmes et les filles de jouir pleinement de leurs droits et autonomisation, et de renforcer strictement les lois qui les protègent de toutes formes de traitement inhumain tel le marriage forcé ou les mutliations génitales féminines.

La Première dame tchadienne a indiqué qu'elle tenait absolument à participer à cette réunion "ne serait ce que pour donner une lueur d'espoir à mes soeurs africaines".

Plus de 37.000 filles sont mariées de force chaque jour, plus de 225 millions de femmes qui ne veulent pas tomber enceintes n’ont pas accès à des formes de contraception adéquates.

 

 

(Extrait sonore: Hinda Itno Déby, Première dame du Tchad ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...