Syrie : les civils victimes d'attaques de plus en plus violentes

Écouter /

Paulo Sergio Pinheiro, Président de la Commission d’enquête sur la Syrie, lors d’une conference donnée au Siège de l’ONU. Photo: ONU/Rick Bajornas

Après un bref répit dans les combats résultant de l'accord de cessation des hostilités conclu au mois de février, la Syrie a connu une augmentation tragique de la violence visant les civils syriens, écrasant les espoirs de paix dans ce pays déchiré par la guerre, a annoncé mardi un groupe d’experts des Nations Unies.

Dans son dernier rapport, le douzième du genre, la Commission d’enquête indépendante des Nations Unies sur la Syrie déplore les récentes attaques aveugles perpétrées contre des civils, y compris les travailleurs sanitaires et les installations médicales, le blocage des convois humanitaires, les disparitions forcées, les exécutions sommaires et d’autres crimes commis par toutes les parties au conflit, plaçant les Syriens dans un état de désespoir.

« Les attaques incessantes et les sièges contre des civils ne montrent aucun signe de ralentissement permettant de donner aux gens, le cas échéant, un peu d’espoir de voir s'instaurer une paix durable dans le pays», a déclaré le président de la Commission, le juriste brésilien, Sergio Paulo Pinheiro.

La violence a atteint des niveaux sans précédent dans l'agglomération d'Alep alors que les parties luttent pour le contrôle de la partie orientale de la ville. Les pertes ont atteint rapidement un rythme alarmant tandis que les civils ne peuvent échapper aux frappes aériennes quotidiennes. Ainsi, certains d'entre eux périssent lors des attaques, et d’autres meurent plus tard, victimes de leurs blessures, par manque de soins médicaux, en raison des bombardements des forces pro-gouvernementales qui ont détruit plus de vingt hôpitaux et cliniques dans le seul gouvernorat d'Alep depuis le début de l’année.

Un nombre important de personnel médical et de personnes assurant les premiers soins ont perdu la vie lors de ces attaques, aggravant davantage une situation qui était déjà désespérément précaire avant l’offensive actuelle. «Les attaques répétées contre les services médicaux – y compris les maternités, les services pédiatriques et les urgences – sont faites en violation flagrante de la lettre et l’esprit du droit international humanitaire. Les belligérants procèdent à ces attaques pour faire souffrir les civils afin d’obtenir un avantage militaire », a déclaré M. Pinheiro.

(Interview: Vitit Muntarbohrn, membre de la Commission d'enquête indépendante des Nations Unies sur la Syrie; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...