Soudan du Sud : le Conseil de sécurité entame une visite de trois jours

Écouter /

L’Ambassadeur Fodé Sek s’adresse aux Sud Soudanais à l’aéroport de Juba. (Photo: Radio Miraya)

Le Conseil de sécurité a entamé vendredi, à Juba, une visite de trois jours au Soudan du Sud.

La délégation de quinze diplomats, dirigée par les Ambassadeurs des États-Unis et du Sénégal, compte visiter des sites de protection des civils et rencontrer des dirigeants politiques ainsi que des hauts fonctionnaires de la Mission de l’ONU sur place.

Les Membres du Conseil chercheront notamment à  évaluer le niveau de coopération entre le gouvernement et la MINUSS, dans la mise en œuvre du mandat de la mission onusienne, qui comprend désormaisi la protection des civils, la facilitation de l’accès humanitaire, la surveillance des droits de l’homme et de la vérification et de soutien pour la mise en œuvre de l'Accord de paix d'août 2015.

Depuis que les violences ont repris début juillet, le pays a replongé dans une crise humanitaire et politique sévère. Plus de 100.000 personnes ont fui vers l'Ouganda.

La visite des membres du Conseil lde sécurité est aussi l'occasion de faire avancer la mise en place de la Force de protection récemment mandatée par le Conseil dans sa résolution 2304.

Même si les autorités sud-soudanaises ont donné leur «accord de principe» au déploiement de la Force régionale de protection, celui-ci suscite des réticences de la part des autorités du pays.

Dès son arrivée à l'aéroport de Juba, l'Ambassadeur du Senegal, Fodé Seck, a tenu à calmer les inquietudes relatives à des risques de violation de la souveraineté nationale que suscite le déploiement de cette Force de protection.

Il a souligné le rôle des États Membres africains au sein du Conseil de sécurité dans l'adoption de la résolution qui autorise la Force de protection régionale demandée par l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD).

« En tant qu'États africains, la souveraineté nationale est d’une importance primordiale pour nous. Je veux que ce soit très très clair » a déclaré Fodé Seck, précisant qu'il s'agissait d'une force de protection et non d'intervention, l'« intervention » rappelant de très très mauvais souvenirs en Afrique, a-t-il fait valoir..

« J'espère que la réunion que nous aurons demain…[notamment avec] le Président lui-même et la société civile nous aidera à mieux comprendre et mieux accompagner » a ajouté l'Ambassadeur sénégalais, avant de conclure « L’ONU est là pour accompagner, l’ONU ne peut pas être ici pour imposer ».

Suite à sa visite de trois jours au Soudan du Sud, les membres de la Mission du Conseil de sécurité, se rendront brièvement le 5 septembre, à Addis-Abeba, pour des entretiens avec des représentants de l’Autorité intergouvernementale pour le développement, puis avec des membres du Conseil de sécurité et de paix de l’Union africaine (UA), avant de retourner à New York.

(Extrait sonore: Fodé Seck, Représentant permanent du Sénégal auprès des Nations Unies; propos recueillis par Radio Miraya)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...