Somalie : l'ONU met en garde contre toute manipulation découlant du dernier report des élections

Écouter /

Scène de rue à Kismayo, en Somalie. Photo: ONU/Stuart Price

Le Conseil de sécurité s'est réuni ce mardi pour faire le point sur la situation en Somalie, 24 heures après que l'Équipe chargée d’organiser les élections indirectes au niveau fédéral a annoncé un nouveau report de 30 jours avant l'achèvement du processus électoral.

Devant les Quinze, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie a précisé que les élections parlementaires se tiendront désormais entre le 23 octobre et le 10 novembre, et qu'un nouveau Président devra être élu d'ici au 30 novembre.

C'est la première fois depuis 1969 que la Somalie organise des élections nationales et Michael Keating a souligné que ce scrutin pourrait permettre au pays de marquer un tournant décisif.

De son point de vu, ce qui est le plus critique maintenant, c'est que cette nouvelle prolongation ne créé pas un espace pour toute manipulation ou perturbation.

« Le sentiment d'urgence et l'élan doivent au contraire être maintenu et le temps supplémentaire utilisé pour que le processus soit aussi transparent et crédible que possible », a-t-il affirmé.

Le Représentant spécial a notamment explique que le processus a des composantes électorales qui sont essentielle pour l'ambition de la Somalie de tenir des élections sur le principe d'une personne une voix en 2020. Parmi ces composantes : l'élection d'une nouvelle Chambre haute sur une base géographique et pas uniquement clanique, la tenue d'´élections dans au moins cinq localités du pays et pas uniquement à Mogadishu, et l'élargissement du collège électoral qui doit passer de seulement 135 hommes en 2012 à plus de 14 000 citoyens, dont 30% doivent être des femmes et 20% des jeunes.

(Extrait sonore : Michael Keating, Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...