Réfugiés : «J'étais l'un de vous», indique Ban Ki-moon

Écouter /

Maksim, 6 ans, dans un centre de personnes déplacées à Kiev après avoir été déplacé par le conflit dans l’est de l’Ukraine (2014). Orphelin de père, il a été séparé de sa mère et de sa soeur. © UNICEF/UNI172570/Krepkih

Le Sommet international sur les déplacements massifs de migrants et de réfugiés a été marqué par le lancement, par le Secrétaire général, de la campagne « Ensemble » qui vise à lutter contre la xénophobie dans le monde.

A cette occasion, Ban Ki-moon a appelé les dirigeants réunis à s'engager à faire respecter les droits et la dignité de toute personne contrainte de quitter son foyer pour trouver une vie meilleure. Pour le Secrétaire général, les réfugiés et les migrants ne doivent pas être considérés comme un fardeau mais sont porteurs, au contraire, d'un énorme potentiel à condition que celui-ci puisse être libéré.

Plus tard dans la matinée, lors d'un segment de la société civile, le Secrétaire général a expliqué pourquoi il a tenu a organisé ce Sommet en dépit de la résistance, a-t-il révélé, de certains États Membres.

« J'étais l'un de vous », a souligné Ban Ki-moon expliquant qu'il avait lui aussi dû fuir de chez lui à l'âge de six ans après l'éclatement de la Guerre de Corée.

Il est revenu sur les difficultés de son enfance et sur sa dette envers les Nations Unies pour l'aide qu'il a obtenu à l'époque.

« Lorsque je vois un enfant dans un camp de réfugiés, je ne vois pas uniquement la faim, la douleur et la peur, a indiqué le Secrétaire général.

« Je vois une fille ou un garçon qui mérite qu'on lui donne la chance de grandir fort et en bonne santé et de contribuer à notre monde. »

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...