Réfugiés et migrants: le Sénégal appelle à soutenir l'Afrique pour qu'elle retienne ses enfants

Écouter /

Le Président du Sénégal, Macky Sall, revient sur son intervention au Sommet sur les migrants et réfugiés. (Saisie d’image: ONU/C.Silveiro)

Le Sénégal, qui est un pays d'accueil, d'origine et quelque part de transit, est très concerné par la question des migrations a affirmé le Président du Sénégal, Macky Sall, à l'issue de son intervention lors du Sommet pour gérer les mouvements massifs des réfugiés et de migrants, au Siège de l’ONU à New York.

Les pays qui ont accueilli des réfugiés, provenant de pays en guerre doivent être encouragés, a dit le dirigeant sénégalais lors d’une interview avec la Radio des Nations Unies à l’issue de son intervention.

«Au même moment, nous constatons un traitement différencié entre ces réfugiés et les migrants, très souvent venant particulièrement d'Afrique, et nous estimons que, bien qu'étant des migrants nous devons respecter leurs droits », a déclaré Macky Sall, précisant qu'il fallait travailler ensemble dans une collaboration contre la migration clandestine et donner un contenu qui respecte les droits humains des migrants qui sont en situation difficile.

Les pays d'origine doivent donner des perspectives d'emploi à leur jeunesse pour essayer de donner une vie aux zones les plus reculées y compris la mise en place d'infrastructures sociales et sanitaires, a affirmé le Président sénégalais.

Au-delà des projets de collaboration avec FRONTEX pour lutter contre la migration clandestine, le Sénégal a lancé le projet « Terre ferme » qui consiste en des domaines agricoles communautaires modernes qui donnent un revenu conséquent aux jeunes.

« Il faut aussi des centre d'incubation pour les jeunesses urbaines dans les métiers de technologies et de la communication et nous avons besoin d'un partenariat où l'Afrique peut être soutenue pour retenir ses enfants » a souligné Macky Sall, soulignant que le continent avait besoin de force et de compétence pour son développement.

Par ailleurs, Macky Sall est revenu sur les préoccupations qu'il a soulevées lors de son intervention concernant la création de centres de rétention de migrants sur le continent africain.

« Oui nous avons dit que le Sénégal s'oppose au fait que l'on veuille transférer les ”hotspot” tels qu'on les voit en Europe vers le continent parce que ça va être sous des conditions toujours plus difficile encore, parce qu'on va le dire mais les moyens ne vont pas suivre » a affirmé le Président ouest africain.

Pour que ces centres de rétention soient acceptables, le Président Sall a estimé qu'il faudrait qu'ils réunissent les conditions d'hygiène, de santé et d'alimentation, qu'un traitement humain soit accordé aux personnes qui logent dans ces centres et que les intéressés puissent regagner décemment leurs pays, et enfin que la question juridique, par rapport à la libre circulation des personnes et des biens, soit gérée correctement.

(Interview : Macky Sall, Président de la République du Sénégal; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...