L’ONU s’inquiète que le désarmement nucléaire multilatéral soit au point mort

Écouter /

Un essai nucléaire en Polynésie française (1971) Photo: OTICE

« Nous ne pouvons mettre en danger l'avenir de notre planète à cause d'un faux pas, d'une erreur de jugement ou d'une défaillance technique ». C'est l'appel lancé, lundi, par le Président de l'Assemblée général à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires.

Pour Peter Thomson, l'essai nucléaire réalisé au début du mois par la République populaire démocratique de Corée est d'ailleurs un rappel saisissant du danger que posent les armes nucléaires et de la nécessité de ne pas ignorer la question. Une préoccupation également partagé par le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, qui s'est inquiété de l'augmentation des menaces nucléaires, une source majeure, selon lui de tensions internationales.

Jan Eliasson a notamment avertit que les progrès dans le désarmement nucléaire multilatéral sont dans l'impasse et a dénoncé le fait que des dizaines de milliards de dollars soient mis de côté par des Gouvernements pour maintenir et mettre à jour des systèmes d'armes nucléaires déjà énormes, et que plusieurs pays continuent d'inclure la dissuasion nucléaire dans leurs doctrines de sécurité.

Alors que le prochain cycle d'examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires commence en 2017 et que les divisions sur l'avenir du désarmement nucléaire multilatéral ne font que s'intensifier, le Vice-Secrétaire générale a déclaré que « le monde ne peut se permettre une nouvelle période d'inaction dangereuse ».

(Extrait sonore : Jan Eliasson, Vice-Secrétaire général de l'ONU)

 

Classé sous L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...