Les inégalités dans l'éducation pénaliseront des centaines de millions d'enfants d'ici 2030, selon l'ONU

Écouter /

 

L'Envoyé spécial de l'ONU pour l'éducation mondiale, Gordon Brown, en 2015. Photo ONU/Loey Felipe

Le rapport de la Commission internationale sur le financement des opportunités d’éducation globale, a été officiellement présenté dimanche par l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour l’éducation globale, Gordon Brown, à la veille de la semaine de haut niveau de la 71ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Lors d'une conférence de presse vendredi, Gordon Brown avait déclaré que « En 2030, année durant laquelle nous devons réussir les Objectifs du développement durable (ODD), sur 1,6 milliard d’enfants dans le monde, 200 millions ne seront pas du tout scolarisés, malgré notre promesse que tout le monde sera à l’école ». L'ancien Premier ministre britannique a en outre indiqué que la Commission va proposer un nouveau mécanisme pour trouver les financements nécessaires pour offrir des opportunités pour 800 millions d’enfants, soit la moitié des enfants dans le monde, qui ne recevront pas une bonne ou décente éducation et ne quitteront pas l’école avec les qualifications dont ils besoin pour le marché du travail du futur ».

Ce plan, a précisé Gordon Brown, listera les coûts, les avantages et le prix pour offrir une éducation universelle pour tous. « Il y a une bombe à retardement de mécontentement parmi les jeunes gens qui voient le fossé entre ce que leur on a promis et ce qu’on va leur offrir », a indiqué l’Envoyé spécial soulignant que cette situation permet aux factions extrémistes d’exploiter cette déception.

« Nous allons dépenser en moyenne 100.000 dollars pour l’éducation entière d’un enfant de trois à 16 ans dans les pays de l’ouest pour couvrir l’école maternelle, primaire et secondaire contre 400 dollars dans certains pays d’Afrique », a-t-il indiqué par ordre de comparaison.

Selon le rapport, l’aide internationale pour l’éducation représente seulement 12 dollars par enfant par an. « A peine de quoi acheter un livre scolaire », a souligné M. Brown qui rappelle que les budgets d’aide sont loin d’être généreux ou surdimensionnés. « Nous nous attendons à voir les pays les plus pauvres éduquer leurs enfants avec juste 12 dollars par an par enfant ce qui montrent que les inégalités d’opportunités dans ce monde sont plus grandes que jamais », a-t-il dit.

A l’approche du Sommet mondial sur les réfugiés et les migrants, Gordon Brown a également fait le lien entre l’éducation et la question des réfugiés. « Sur 2 millions d’enfants réfugiés syriens, principalement au Liban, en Jordanie et en Turquie, 1 million se voient refuser une place à l’école et 2,1 millions d’enfants déplacés en Syrie sont privés d’éducation », a-t-il précisé tout en saluant l’annonce par les Etats-Unis de garantir à un million d’enfants réfugiés des lieux d’éducation dans le monde.

Selon le rapport, sur les 30 millions d’enfants déplacés dans le monde, 10 millions sont réfugiés et la majorité ne va pas à l’école du tout. « Nous avons besoin de 671 millions dollars pour atteindre ces 30 millions d’enfants. Aujourd’hui, 400 millions de dollars ne sont toujours pas pourvus », a dit M. Brown qui a rappelé que l’éducation ne représente que 1,5 % de l’aide humanitaire.

(Extrait sonore : Mise en perspective par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...