Les États membres adoptent la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants

Écouter /

La sale de l’Assemblée générale lors de l’ouverture du Sommet international sur les déplacements massifs de migrants et de réfugiés. Photo: ONU/Eskinder Debebe

Le Sommet international sur les déplacements massifs de migrants et de réfugiés s'est ouvert ce lundi au Siège de l'ONU avec l'adoption, en la présence de plusieurs dizaines de Chefs d'État, de la Déclaration de New York, texte par lequel les dirigeants du monde s'engagent à protéger les droits des réfugiés et de migrants, à sauver des vies et à partager la responsabilité pour les mouvements de personnes à large échelle dans le monde.

En 2015, on comptait en effet 244 millions de migrants et 65 millions de personnes déplacées de force dont 21 millions de réfugiés et 3 millions de demandeurs d'asile. Les États se sont aussi engagés à lancer des négociations en vue de l'adoption, en 2018, d'un pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

En adoptant la Déclaration de New York, les États membres s'engagent à protéger les droits de l'ensemble des migrants et des réfugiés, quel que soit leur statut.

Le texte aborde notamment la nécessité de protéger les femmes et les filles de toute forme d'exploitation, de combattre la traite des êtres humains, de cesser de détenir les mineurs pour déterminer leur statut migratoire, et d'assurer la scolarisation des enfants migrants ou réfugiés.

Le texte appelle aussi à promouvoir un partage plus équitable de la charge et des responsabilités que représentent l'accueil des réfugiés, et à améliorer la livraison de l'aide humanitaire et au développement aux pays les plus directement touchés. Il appelle aussi à mettre en place un cadre exhaustif pour faire face aux déplacements à large échelle et aux situations de réfugiés prolongées.

Par ce texte, les États appelle aussi à assouplir les formalités administratives afin d'accélérer les procédures d'admission et d'accroître la diversité des voies de droit offertes aux réfugiés pour être admis ou réinstallés dans des pays tiers. La Déclaration de New York engage par ailleurs les pays hôtes à envisager de leur ouvrir leur marché du travail.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...