Devant le Conseil de sécurité, MSF dénonce la « mêlée générale » en Syrie et le rejet de l'impartialité médicale

Écouter /

Dr. Joanne Liu, Présidente internationale de Médecins sans frontières, lors de son intervention au Conseil de sécurité. Photo: ONU/Kim Haughton

Alors que les bombes pleuvent sur l'est d'Alep, le Conseil de sécurité s'est réuni mardi pour débattre de la question des soins de santé en période de conflit armé.

A cette occasion, le Secrétaire général a  vivement dénoncé les « crimes de guerre » commis quotidiennement en Syrie lorsque des hôpitaux ou cliniques sont pris pour cible de bombardements. tandis que la Présidente internationale de Médecins sans frontières a constaté que cinq mois après l'adoption de la résolution 2286 du Conseil de sécurité sur la protection des services de santé en temps de conflit, rien n'a changé sur le terrain. Le Docteur Joanne Liu a d'ailleurs affirmé qu'en Syrie, la « mêlée générale est un choix », et qu'à une époque où la lutte contre le terrorisme définit la guerre, « un permis de tuer a été délivré ».

Elle s'est aussi alarmée du fait que le rejet de l'impartialité médicale soit en train de devenir une nouvelle norme de la guerre et a jugé nécessaire de trouver le contrepoids entre l'action militaire et les besoins humanitaires

(Extrait sonore : Docteur Joanne Liu, Présidente internationale de Médecins sans frontières)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...